See you…

Il y a eu le premier, voici le dernier (Tuk Tuk) …

Siem Reap, Angkor, Phnom Penh,Luang Prabang, Vientiane, Si Phan Don, Otres, Kep, Kampot, Tonle Sep, Mékong …

 

Au Revoir et j’espère à bientôt !…

Phnom Penh – Ça sent le retour

Lever du soleil à Phnom Penh.

Au premier plan, FCC – Foreign Correspondents’Club Of Cambodia – qui a fait les beaux jours de la presse internationale pendant le guerre du Vietnam. Cet établissement (bar restaurant et hôtel) est un des lieux « branché » de la capitale

Cette ancienne maison coloniale demeure pleine de charme avec ses escaliers et plafonds en bois et pierre et ses decorations sur le theme angkorien

Ses terrasses donnent sur la rivière Tonlé Sap au premier plan et le Mékong au second plan. Les deux fleuves se rejoignent à quelques centaines de mètres de là. L’on aperçoit, à travers la terrasse du FCC l’immense fleuve qu’est le Mékong à quelques dizaines de kilomètres de son delta

Des le matin tôt, les Tuk Tuk sont à l’œuvre, à la recherche de clients.

Ici, un aperçu du nouveau Phnom Penh. Les buildings flambant neuf côtoient les bâtiments anciens, les bidonvilles noyés au millieu de tout cela et tout ceci sans la moindre règle urbanisme.

Je consacre ma journée à courrir les marchés, le musée, les terrasses de café…

Et je termine ma journée entre les mains d’un masseur aveugle. Un délice.

Siem Reap – ANGKOR

 

Aujourd’hui, premier jour sur le site…

Une immense forêt, dense, rafraîchissante. Des temples, des petits, des grands, d’immenses… Un univers végétal dans laquelle la main humaine a fait pousser des splendeurs minérales.

Ici et les jours prochains vous trouverez des images. Peu de commentaires, car je m’avoue ignorante de toutes ces fresques, de tous ces édifices, de toute cette culture.

Si j’acquière un minimum de connaissance, je vous en ferais part. Je prépare en annexe une rubrique sur les Dieux qui peut être nous éclairera sur certains.

Un mot tout de même sur le temple principal que nous connaissons tous, au moins par les images : ANGKOR WAT.

Édifice monumental qui bien que fortement détérioré est recouvert de fresques, de bas reliefs, finement ciselés. Un univers entouré d’eau, garni de bassins. Un temple oublié ou vivent encore des divinités vénérées.

 

Angkor Wat dans la brume

Angkor Wat.

Angkor Wat (intérieur)

Raide raide les escaliers Vous m’imaginez ? (en bas, Jacques)

 

Retour à Siem Reap

Départ ce matin pour un come back à Siem Reap. Aucun regret à quitter Phnom Peng, mais contente d’y être passée.

La route Phnom Peng /Siem Reap passe par le nord du lac Tonlé Sap J’en aurais donc  fait tout le tour. 

Ici, contrairement au Sud, la campagne est très verte,  la prochaine récolte de riz est en préparation , les arbres sont nombreux. Cette différence de végétation correspond parfaitement aux zones inondées en saisons humides.

 

Arrivée au centre ville Siem Reap  J’apprécie une fois encore sa tranquillité de petite ville de province (tranquillité relative, nous sommes en Asie…)

 

Et demain, le grand jour : je pars à la découverte du site d’Angkor !

Siem Reap /Battambang

 

 

Anne-Marie (que je ne vous ai pas encore présentée) et moi – Une journée en bateau de Siem Reap à Batambang.

Découverte de villages flottants, découverte du lac « Tonle Sab », immense lac d’eau douce

 

Le Tonlé Sap [ou Tonlé Sab], ou « Grand Lac », est la plus grande réserve d’eau douce de l’Asie du Sud-Est. Et c’est aussi une merveille de la nature. Au printemps, lorsque la neige des sommets himalayens se met à fondre et que la pluie tombe sur les plaines, les eaux du Mékong, le plus long fleuve d’Asie, sont en crue. Le fleuve grossit en coulant à travers la Chine, le Myanmar, le Laos et la Thaïlande, avant de revenir au Laos et de passer au Cambodge. Près de Phnom Penh, le courant est suffisamment fort pour détourner la rivière Tonlé Sap de son cours, poussant ainsi les crues vers le grand lac, qui enfle alors pour atteindre une surface de 16 000 kilomètres carrés – cinq fois sa surface d’origine. En accumulant cette eau, le lac sauve le delta du Mékong de l’inondation et va libérer de l’eau plus en aval. « C’est d’une importance vitale pour les cultures pendant la saison sèche dans certaines régions du Cambodge, et au Vietnam pour l’irrigation pendant cette même saison », explique Sok Saing Im, hydrologue à la Commission du fleuve Mékong, une organisation pour la promotion de la coopération régionale en matière de développement et de conservation [qui regroupe le Cambodge, la Thaïlande, le Laos, et le Vietnam]. http://www.courrierinternational.com/article/2002/03/28/le-tonle-sap-si-beau-et-menace

Les villages flottants vivent au rythme du fleuve, suivant son denivellé (la variation entre saison sèche et saison humide varie de 5 à 7 m). Sur les bord du lac, l’on trouve plutôt des maisons sur pilotis, les maisons flottantes se situent en amont du lac, sur la rivière « Tonlé » que nous empruntons pour rejoindre Battambang.

Un départ de la guesthouse à 6 heures : allez tous sur le plateau du pickup… Un tour des hôtels pour ramassage de passagers…puis 3/4 d’heure de route Voilà le bateau et la chance d’etre arrivées les premières, donc le choix de la place, en tête de bateau, aux premières loges pour admirer les paysages.

A 8h, depart du « port » Puis le lac lui même, immense avec des vagues (non Lucas, elles ne sont pas surfables). Trop grand pour voir les côtes opposées, l’impression d’être sur la mer. Nous longeons un parc naturel ce qui nous permet d’observer de grands oiseaux. Et enfin la rivière et l’impression dans un premier temps de pemettrer des marécages. Enfin, la rivière apparaît, large et les villages flottants se succèdent.

À midi, arrêt déjeuné de 20mn dans un restau-snack flottant. Puis la rivière se rétrécit. Elle devient sinueuse les bateaux de tous genres, de plus en plus nombreux klaxonnent pour éviter les colisions. Petites barques attention ! Les sourires ne sont plus présents car toutes cette agitation est dangereuses et très perturbantes pour les pêcheurs au filet que nous croissons. Les enfants sont la, partout à jouer se baigner et nous faire de grands signes

Nous arrivons à Batambang vers 16h30… Enfin ! Épuisée par tout ce temps pasee à naviguer, le bruit du bateau, la chaleur… Mais la prochaine fois, je recommence ! (dans l’autre sens et j’espère en fin de saison humide. )

 

Chargement du bateau

(Anne Marie et en face, ma place)

Une église…

 

 

 

 

 

 

 

 

maisons d’habitation …

Une école …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une épicerie

 

À noter que sur ces photos, les maisons semblent « attachées » aux rives. C’est un peu le cas pour certaines car nous sommes en fin de saison sèche et la végétation est très développées, le niveau d’eau bas. En saison des pluies, ces mêmes maisons sont totalement entourées d’eau. 

Sur la photo ci-dessous, l’on voit nettement les pilotis du temple et l’on peu imaginer le paysage, lorsque les maison sont à hauteur du Wat.