KATHMANDOU – Vieille ville

Image

Même si Kathmandou est hyper polluée, bruyante, poussiéreuse … il faut bien partir à la découverte de sa vieille ville et ses maisons sculptées.  Souvent très abîmées mais qui ont néanmoins résisté au tremblement de terre

La ville, c’est aussi une multitude de couleurs :

Les vendeurs/effileurs de perles au couleurs du pays,

Des temples tantôt hindouistes tantôt bouddhistes…

5831F077-B506-4A88-BD11-C69A32A5DADF

Et un population fervente de ses croyances

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au passage, un bonjour à un vendeur de flûtes

657817E6-EF56-40B3-9959-D219951B13CE

 

Dans une minuscule ruelle, nous franchissons la porte d’une maison. Un petit couloir nous mène à une cour intérieure, avec ses anciennes maisons, son petit temple, son Ganesh et même un vendeur de momos 😉

Plein Est… Arrivée au Népal. KATHMANDU

Image

Après quelques gags, nous voici arrivés à Bednath, périphérie de Kathmandu. Jolie installation dans une’ petite guesthouse avec terrasse, jardin. Un havre de paix dans cette ville hyper bruyante, polluée et très poussiéreuse en cette période sèche.

C976B850-7EF1-42D1-B3DD-4065A7705061

Une première journée occupée à organiser la suite du séjour.

Egalement un tour dans le temple bouddhiste du quartier , Sakya Tharig Gompa, puisque nous passons juste au moment d’une Puja

476DD224-1C6C-4761-A87F-208253B6F536

Des moinillons plus ou moins sages….

Dans  ce joli temple bouddhiste

014E2FEC-1321-43B9-B969-19F7FD5AF4DB

A l.exterieur, comme à l’interieur, le recueillement

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et bien sûr le grand Stupa de Boudha !!!  de jour de nuit, au naturel, coloré….

C0D53350-6514-4537-A1E6-C8EBFB9843AB

E52349D5-F230-4EE5-92B7-7C193E785ED4

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Aie, le veau n’aime pas le flash… va charger ? Bien sûr que non, Bouddha me protège, il me fait même un clin d’oeil.

5F2480F5-49B2-4C08-8D68-4BA7B3971DD9

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

7E880011-9682-463B-A23C-337B89A871FA

Strange, the Bouddha’s eyes

quelques cliches, autour du stoupa

Ce diaporama nécessite JavaScript.

BAB1AB0F-4ED5-46A7-A438-26679D6D94A9

 

Tout se,passe donc très bien.

Juste une petite interrogation pour la suite : la météo !!!! Pour l’insstant, ici à Kathmandu de gros orages ⛈, de la pluie ☔️…

NIL Nov 2014

Ce matin nous nous réveillons devant le pont d'Assouan. C'est fini… Dernier petit déjeuner et nous quittons notre adorable équipage. Sure, la prochaine fois, ce sera 3 nuits à bord.
Nos bagages partent avec un petit bateau et une voiture nous conduit au temple de Philae.
Que les puristes du Nouvel Empire me pardonnent ;-), mais j'adore ce temple dédié à Isis. Ce temple au milieu de l'eau, si tranquille, si romantique… un environnement de rêve.
Après la visite, petite pause bien sympathique.
Et le plaisir de vous offrir ce bouquet de fleurs…. 🙂
 
 
Vue du bateau, en repartant, le Temple de.Trajan
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
C'est reparti, l'obélisque couché, déjeuner et promenade dans le souk…
 
 
Un petit bateau nous attend, Zizou a la barre, nos bagages à bord, direction l'hôtel
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nous sommes au niveau de la,première cataracte, c'est donc au milieu d'îlots que nous progressons . J'imagine ce que ce lieu, aujourd'hui si calme, devait être lors des crues avant la constructions des barrages….
Le soleil décline, les rives se couvrent d'or.
 
C'est avec la lune que nous arrivons sur l'Ile de Sihel,
Et découvrons l'hôtel.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La soirée sera courte, car départ à 4 heures….
 
 

J8 LOUXOR

Dernier jour à Louxor, j'en profite comme en vacances : piscine massage bronzage !!!
 
Juste un petit tour en ville. Un café pour le plaisir au luxueux Winter Palace et un au revoir au Temple de Louxor. Très peu de photos, car moment magique et de plaisir juste pour moi seule. :))
 
 
 
 
 

J6 – LOUXOR. Rive gauche

Ce matin, debout 4h !
Que ne ferait on pour s’envoyer en l’air…
 
Traversée du Nil pour rejoindre la côté ouest…
Ça chauffe, bientôt parés à s’envoler…
Comme celui-ci, le mien prends de la hauteur….
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Encore et encore, toujours plus haut !
Magnifique, magique, nous surplombons le temple d’Hatchepsout…
 
On redescend, il est 7heures, les activités reprennent.
 
Oups…. On atterrit dans un champs. Tout le monde s’y met pour porter la nacelle jusque sur la route. Le ballon se dégonfle, une voiture est la pour nous raccompagner.
 
 
Je prends un café en attendant Mina. Bonjour les chiens.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ce n’est que le début de la journée, plusieurs visites en perspective pour commencer, la vallee des reines.
 
 
Faille rocheuse au fond de la vallee.
 
 
 
Oh mais il fait très très chaud !
 
 
 
 
 
Pas de photos, car comme à la nécropole des rois, c’est interdit ici.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Direction le Ramaseum….
Il s’agit du Temple funéraire de Ramses II. Il est terriblement dégradé, mais il s’agit d’un site immense (une partie seulement se visite). Ce temple devait être un des plus beaux de la vallee.
Vue panoramique du site, avec à gauche le premier pilone, une cour intérieur puis un second pilone. Au centre, la salle hypostyle.
 
 
Allé de sphinx dont il ne subsiste que cet élément
 
Statut de Ramses deux, effondrée et cassée. Il s’agit d’un bloc monolithe.
Elle mesurait environ 18 mètres et pesait 1000tonnes.
 
Le Pharaon, recevant la protection d’Amon (triade thébaine)
 
La salle hypostyle, ses colonnes décorés ou apprissent encore des couleurs.
 
Et le plafond astrologie.
 
 
 
 
Il est environ 9h30 et la chaleur est torride. Les 40 degrés ne sont pas loin. Le ciel est plombé, l’aire char génial de poussières.
 
Le temple vu de l’arrière, d’ou l’on aperçoit les caves voûtées qui servait à emmagasiner les offrandes
 
 
Mina me raccompagne à l’hôtel. Il fait de plus en plus chaud. L’air est de plus en plus saturé. Vers 11 heures ce matin, la temperature dépasse les 45, l’on perçoit difficilement la face opposée du Nil tant l’air est saturé de particules, d’humidité, de je ne sais quoi…
Même au bord de la piscine :-)) la temperature est difficilement supportable.
 
Vivement demain un peu de fraîcheur : 35 peut être !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

J4 – Abydos

Ce matin, nous prenons la route du désert en direction d'Abydos.
 
Le bord de route est encore vert, nous sommes en bordure d'un canal parallèle au Nil. Petit stop pour faire le plein de bouteilles d'eau et boire en petit café (merci Mina d'avoir enmené une thermo )
 
Maintenant, les choses sérieuses commencent :
Sur le droite de la route, de la végétation, le paysage est vert, nous somme en limite des zones irriguées par le Nil. Sur la gauche, le désert.
En vrac, quelques photos pris en chemin :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
150 km ça paraît pas mais c'est long et l'ombre, il n'y en a guère…
Il ne faut pas chercher à savoir pourquoi, mais peu de photos aujourd'hui. C'est sans doute la chaleur qui m'a empêchée d'appuyer sur le déclencheur…
Enfin, nous arrivons : ABYDOS, le domaine d' Osiris.
Traditionnellement Abydos était le lieu de sépulture du Dieu Osiris. C'est à cet endroit que Sethi 1er décida d'ériger un temple. C'est Ramses II, son fils, qui au décès de son père termina les travaux de réalisation de cet édifice.
 
Un texte en HYEROGLYPHE qui permet plein d.extrapolation largement les théorie prétendant que les anciens égyptiens avaient été « aidés » pour la réalisation des édifices monumentaux. On pourrait effectivement, voir ici avions, hélicoptères, chars…
Colonne de la salle hypostyle. Ce temple à des parties assez abîmées, mais conservenet des fresques colorées de toute beauté.
La caractéristique du Temple : c'est le seul exemple de temple comportant 7 sanctuaires. (Généralement 1 sanctuaire par temple). À chaque sanctuaire son Dieu protégeant Sethi1er.
Maintenant amusez vous a trouver ce que fait et qui est le Dieu représenté…
 
Détail de la façade extérieure.
C haud chaud, donc soif soif… Et faim. Café à la sortie du temple.
Trop contente la fille. Pas un touriste et des gens très gentils.
Et pour le déjeuner, un plateau repas de pure source égyptienne.
 
 
Après une longue pose à l'ombre, nous reprenons la route. Le retour m'a paru bien long sur cette route du desert plombée par le soleil. (Les yeux se sont mêmes fermés à intervalles réguliers 😉
 

J3 – LOUXOR rive gauche

Nous repartons ce matin pour la Rive Ouest.
Petit passage devant les colosses de Memnon (sans aucun touriste)…
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Puis :
 
Enfin je vais LE voir ! Frustration de mon précédent voyage : être passé si près et ne pas y être allée…
 
Le Temple d’ HATCHEPSOUT !!!!!
Une merveille de pierres, de lignes épurées dans un cadre somptueux
HORUS, de part et d’autre de l’escalier menant à la troisième terrasse
HATCHEPSOUT se nourrissant aux mamelles d’Hathor.
Une des colonnes à l’effigie d’ HATHOR
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
HATCHEPSOUT déifiée en Osiris portant sur la tête soit la double couronne de Haute et basse Egypte, (à Droite) soit la couronne simple de la Haute Egypte
.
.
 
 
 
 
 
 
 
Montants de porte en granit entourant l’accès au sanctuaire
De la porte de cette troisième terrasse, nous dominons la verte vallée du Nil.
Dans l’axe de la porte, l’on peut apercevoir le Temple de Karnak (tâche sombre, au niveau du coude du gardien)
 
Nous reprenons la route direction la Vallee des Nobles.
Une multitude de trous dans la montagne : des tombeaux de personnalités importantes appartenant à la noblesse. (à ce jour 500 tombeaux auraient été découverts. Selon les archéologues, il en resterait autant à découvrir.)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nous visitons 4 tombeaux : Mena, Nakht, Roy le scribe et Shuroy. Si ces tombes sont beaucoup plus petites que celles de la vallee des Rois, elles sont très riches en couleurs et donnent plein d’indications sur la vie quotidienne au bord du Nil.
 
Ci dessous, je vous laisse chercher l’interprètation les peintures décorant ces tombeaux.
 
Ré Horacti (Dieu solaire ra et Hathor en bas)


























Ci dessous une vue élargie d’une tombe et son ciel etoilé
Statue très endommagé d’un couple avec leur enfant (entre leurs jambes)
Scribe mesurant un champ. Devant, une femme apportant la nourriture au champs
 
Tunnel donnant accès à une chambre funéraire.
Vue sur la vallée (et sur notre voiture… Et oui, il n’y a que nous !)
Sur l’ensemble du site, il y avait un village El Gourna. Cet endroit recèle encore de nombreux trésors à découvrir. Dans les années 40, le gouvernement en a déménagé les habitants, afin entre autre de limiter les fouilles « sauvages » et les ventes frauduleuses d’antiquité. Ce changement de lieu fut difficile et mal accepté par la,population.
Un Architecte Hassan Fathy a, en 1946, entrepris la constuction d’un village selon des méthodes traditionnelles. Ce fut un échec, car si l’idée était bonne, les habitations ne correspondaient nullement aux habitudes et surtout traditions de cette population déplacée qui ne voulut y vivre.
Un habitant, Mohamed, nous propose de nous faire visiter le village…
Bien qu’en mauvais état ce « new village » existe toujours, reste peu habité et bien que très abimé, est fort beau :
Ce qui devait être le centre commercial et artisanal…
La mosquée.
Dans cette cour intérieure, la salle des ablusions
 
Escalier qui nous mène au minaret
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Du minaret, vue sur la montagne thébaine.
Maisons du village.
Vue panoramique du théâtre et centre culturel.
Mohamed nous invite ensuite chez lui pour une petite collation (délicieuse citronnade)
 
Je reste touchée par cette hospitalité , cet accueil très chaleureux.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Au retour, je m’arrête pour faire la connaissance et déjeuner avec Dominique, une femme qui s’occupe d’une association « les enfants de Louxor ». Je vous en reparlerai très bientot
 
Puis retour par mes propres moyens dans un premier temps, bateau (là, je délaisse les petits bateaux pour prendre le ferry public qui traverse le Nil
 
À bord, je suis accueillie par quelques regards surpris, mais également des sourires.
Au sortie du Ferry, j’intrigue beaucoup cette petite fille.
Ça vous rappelé quelque chose ? Mort sur le Nil.. (Le vrai bateau)
 
Grosse journée, mais magnifiques souvenirs.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

J2 – LOUXOR rive gauche

C’est parti. ,aujourd’hui, je repars à l’assaut de la montagne thébaine et de ses splendeurs.
 
Première étape, la Vallee des rois
Peu de choses à montrer, si ce n’est l’entree avec au fond, la montagne pyramidale, symbole du soleil.
 
 
 
 
 
Les Photos sont strictement interdites sur le site.
Splendides tombeaux.
Ramses III
Tawsret & Sethnekt
Sethi II (deese Nouet)
Ramses IV
 
 
 
 
 
 
 
 
À la sortie,petite soif…
Donc un café, sur le site, dans un endroit secret ou les touristes ne mettent pas les pieds
 
 
 
 
 
 
 
 
Sortie du parking. Nous tournons à gauche sur une piste qui nous mène vers la Vallee des Singes
Une piste s’enfonce dans la montage, un immense cirque entouré de falaises ocre…. L’endroit est magnifique.
 
 
 
 
 
La maison du gardin du site
 
 
 
 
Un escalier me fait plonger dans les profondeur de la montagne : le tombeau de AY (Ay, pharaon de la XVIIIème dynastie (1346-1343 avant JC)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Une fois encore photos interdites mais chut… J’en ai tout de même 😉
 
 
Avec Mina, devant les Babouins (12 babouins, symbole des heures nocturnes)
 
 
 
Très belle scène de chasse et de pêche.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Osiris, adorant le soleil levant…..
 
 
Nous repartons, mais pas loin. Cette valle est tellement belle que je demande de m’arrêter pour y marcher un peu.
Au pied d’une falaise, la tombe de Amenophis III – nouvellement découverte et non encore ouverte au public.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Assez flâné, en route pour Medinet Habou, et le sompteux temple des millions d’années de Ramses III
Petit clin d’œil à certains…. Photo prise Karkadet en main, à partir du café qui fait face au temple.
 
 
À noter, la profondeur des Hyeroglypes… Ce Monsieur Ramses avait ainsi « sécurisé » ses inscriptions, rendant très difficile tout éventuel martelage.
Ramses IIII offrant des fleurs à la deese Hathor.
Croix de vie personnifiée.
Sur une façade extérieur, scène de chasse et de pêche…
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

J1 LOUXOR

Bonjour,
Bienvenue sur mon blog « Egypte »
 
Après une nuit courte, (très courte), petit déjeuner au bord du Nil avec mon guide (je vous le présenterai un peu plus tard), piscine et très longue sieste.
Si la temperature était clémente à la sortie de l'avion 24° à 7 heures du matin, je dois dire qu'à midi l'ombre et la clim sont bienfaitrices puisque le mercure flirte avec les 40° et plus.
Non non, je ne me plains pas, je le savais, je l'ai cherché.
 
Fin, de journée, direction le merveilleux Temple de Louxor ou je renoue les liens avec la triade thébaine , et bien sur Ramses II, Toutankamôn …
 
(Le blog ne sera pas un recueil d'histoire ancienne, mais seulement de petites promenades et découvertes en ma compagnie. Sans doute au fil des photos, apparaîtront quelques noms de Dieux, de Pharaons, de périodes… Si vous voulez en savoir plus, je répondrai volontier à quelques questions simples, mais il y a Wikipedia, des dictionnaires, des sites spécialises…)
 
Début de visite, il fait encore jour…
 
 
20140602-194004-70804017.jpg
Le même que place de la Concorde, mais tellement plus beau ici
 
 
 
 
20140602-194136-70896661.jpg
Bonsoir Magnifique Ramses…
20140602-194254-70974506.jpg
Le Portique éclairé…
20140602-194257-70977303.jpg
 
20140602-194252-70972855.jpg
 
20140602-194251-70971302.jpg
Contente, la fille…
20140602-194256-70976002.jpg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ci dessus, voici Mina, mon guide. Ensemble nous avons préparé mon programme. Il me rafraîchit la mémoire sur ce que je sais déjà, ce que j'ai oublié , ce que je devrais connaître…. 4000 ans d'Histoire, ça fait beaucoup de monde, beaucoup de Dieux, beaucoup de rites… J'ai du pain sur la planche !
 
 
Ensemble nous partons dîner. Après un premier voyage, il y a deux mois, dans ma bulle à touristes, installé sur un bateau, je n'ai rien vu de la vie égyptienne , je l'avais à peine effleurée, à peine aperçueEnfin, je l'approche. Voyage comme je les aime !
C'est sur la place derrière le temple, que nous allons dîner. Avec la nuit et pour profiter d'un peu de fraîcheur, la place s'anime : manèges et attractions pour les enfants, promenades en famille, discussions en amis…
 
20140602-210015-75615812.jpg
20140602-210018-75618966.jpg
20140602-210017-75617386.jpg
20140602-210020-75620512.jpg
 
 
Le Temple de Luxor fait partie du décor urbain.
Au fond, l'on aperçoit la Montagne Thébaine illuminée….
20140602-210208-75728097.jpg
 
 

Mawlamyine

C'est en petit bateau a moteur qu'à partir du nord de la ville, nous allons rejoindre une minuscule île située a la confluence de plusieurs rivières. D'après la légende, cette île flotterait sur l'eau : l' Île au Lavage des cheveux (non, ce n'est pas un salon de coiffure« )
Cette île verdoyante est un lieu de méditation. Y seraient cachés les joyaux du Bouddha historique. Trésor gardé par les religieux présent ici ; essentiellement des nonnes.
 
Des le XIVeme siècle, les rois y venaient pour la cérémonie du lavage des cheveux, l'eau du puit y étant particulièrement pure -disaient-ils. (Puit quasiment invisible de nos jours.
En arrivant sur l'île, le monastère.
 
 
 
 
 
 
Et des le débarcadère , on l'aura compris, il faut se déchausser.
Ce petit îlot compte 70 stupas et un nombre important de statuts liées à des divinités bouddhiques.
L'entretien du lieu est remarquable : dans ce petit univers tropical, les feuilles sont balayées, les chemins en terre ratissés
Ouverts aux autres religions, on y trouve aussi un petit temple hindou, un temple chinois,
Un temple Nepalo Tbetain
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les chrétiens ne sont pas oubliés. Tous les ans a Noël, les bonzes brûlent des cierges et prient pour eux
 
 
Nous revenons vers le centre ville et nous demandons ce que nous,allons faire
 
Après réflexion, nous prenons un taxi et nous faisons amenées, a 1/2 heure de voiture sur la route de HpaAn, aux grottes de Khayin. L'idée fut génial !!!
 
Au milieu d'une grande plaine ou se succèdent les rizières, se dresse un massif Karstique.
Une succession d'immenses grottes y abritent des Bouddhas
 
Et des Nats
Une fois encore, des offrandes et du recueillement
Petit Bouddha sculpé dans la roche et recouvert d'or
Un Bouddha sur son cobra.
Plafond d'une grotte peint et décoré de petites statuette de Bouddha sculptées dans la roche et recouvertes d'argentnt
En ressortant, nous découvrons devant l'entrée un camion qui se prépare à une ballade musicale….
Sur l'arrière, la table de mixage et une petite remorque transportant un,groupe électrogène…
La fixation de la remorque : une corde ! Les manœuvres sont délicates.

Mais les décibels sont au rendez vous avec une puissance de basses impressionnante







Une fois notre camion parti, nous partons voir les grottes situées de l'autre côté du massif.
 
une rangée de bonzes dorés suivent, comme nous, le chemin qui mène a un petit monastère.
 
 
 
 
 
 
Au loin, le chemin repartant du monastère.
Un tel régime de bananes, j'en avais jamais vu… sans doute est grace a la protection des moines !
Dans une faille de rocher.
Une petite grotte…
dont l'accès est protégé par un gardien.
Le Principal du monastère se laisse gentiment photographier. Puis avec un grand sourire nous offre quelques bananes.
Nous repartons, toujours accompagnées par les bonzes
Portant leur panier a offrande et un éventail.
Ils nous accompagnent jusqu'à la sortie…
 
 
***************
Demain, nous refaisons nos valises, puis autocar direction Yangoon ou nous passerons une nuit avant de prendre un autre car pour une nouvelle destination
Donc pas de blog avant mardi soir au plus tôt (sous réserve wifi correct)
 

LAC INLE /J1

Après une journée de bus (7h, c'est beaucoup mieux qu'il y a 2/3 ans : 12h) nous voici arrivées au LAC INLE.
C'est en lisant « Birmane » que j'ai découvert ce lieu où je m'étais promis de venir. (Même sans la lecture de ce livre, j'y serai sans doute venue, cet endroit faisant partie des hauts lieux touristiques de la Birmanie)
 
Debout 4h30 pour partir à la découverte du Lac.
 
Le LAC INLE, c'est un grand lac entouré de montagnes. Bien plus qu'un lac d'ailleurs. Tout autour une sorte d'immense marécage ou plutôt des îlots, a fleur d'eau. Îlots habitée, autour et sur lesquels de nombreuses activités se sont développées
 
Un lac d'environ 20 km de long, sur 8/10 de large. Les zones marcageuses étant tres importantes la limite entre le lac et la terre ferme restent difficile a determiner, d'ou des dimensions assez floues. Sans parler des variations dues un saisons.
il est tres peu profond : maximum 6 metres.

Ecologie :
Une fois de plus, l'écologie est un problème majeur ' Le traitement des dechets est quasiment inexistant (à l'exception de quelques grands hotels) et le tourisme croissant La densité de population augmente, des cultures qui rognent les rives du lac , la déforestation accélére la prolifération d'algues et de jacinthes d'eau. Bilan, le lac à perdu 1/3 de saa surface ces soixantes dernières années.
 
Origine et spécificité des lieux : (un peu de culture générale… Pour mieux comprendre ce que nous découvrons ici)
Les SHAN sont une ethnie des montagnes, installés ici depuis le début du dernier millénaire. Lorsque les INTHA arrivent, sans doute aux environs XVIIIeme siecle, le territoire est deja occupé. Ils s'installent donc sur le lac et doivent developper des activites adaptées à l'environnement. C'est ainsi qu'ils deviennent pêcheurs, joailliers,tisserands de la soie et du Lotus , agriculteurs..
 
L'agriculture, c'est là une des curiosités du Lac. Les Inthas découpent des bandes d'algues, Jacinthes, végétaux aquatiques divers entremêles sur une épaisseur d'environ un mètre, et les tirent sur le lac. Ils les fixent à des pieux plantés au fond de l'eau, les recouvrent de terre et les ensemencent Toutes sortes de primeurs poussent ici, et tout particulièrement des tomates.
 
 
Le plus drôle, c'est de regarder ces pieds de tomates a après le,passage d'un bateau… Tout bouge . Imaginez un,peu un potager en train de se dandiner au rythme des vagues….
 
U premier plante la végétation des jacinthes d'eau, au second plan, accrochés aucun pieux, les pieds de tomates
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La pêche une autre caractéristique locale : pour ramer, les Inthas s'installent debout sur leurs pirogues afin de mieux observer la profondeur de l'eau et de manœuvrer aisément dans les fins canaux sillonnant entre la végétation aquatique. Ils manœuvrent une rame avec leur jambe. De leurs mains libérées ils manipulent facilement leurs filets de forme conique soutenus par une armature en bambou.
 
 
C'est ce qui s'appelle avoir le sens de l'équilibre…
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le « filet de pêche » traditionnel des Inthas
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Au fil de l'eau,au,fil delà journee.
Aujourd'hui, c'est un jour de festivité. Des pirogues, des char flottants sillonnent les canaux.
 
 
 
 
 
Difficile à croire, mais cette pagode flotte sur l'eau…
 
 
 
 
 
 
 
L'a près midi, nous assistons a une course de. Pirogues. Énormément de monde. Un publicpassionné soutenant. Bruyamment son équipe préférée.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Visite d'ateliers :
 
Nous voici à apresent dans un atelier. De fabrication de cigares locaux.
 
La recette pourfaire un boncigare ! (Ne vous y méprenez pas, le « brownsugar n'est autre que de l'écorce broyée d'un arbre très noir…
Et bien sur, nous l'avons testé… Même Anne-Marie y a goûté … (Michèle, je. Suis certaine que tu écarquilles les yeux… )
Moi, ça m'a beaucoup amusée. J'ai partagé mes impressions avec un Karl pendant que Beate son épouse prenait des photos en riant (c'est le couple d'Allemand avec qui nous avons partargé notre pirogue )
 
Le Cheerot est un cigare très doux (là Michèle, tu avais tout faux, ça n'arrache pas du tout et ne procure aucun effet particulier…) Une saveur parfumée et sucrée.
 
 
 
 
 
 
 
A présent, un atelier de tissage
 
Des femmes de tous les âges, s'activent sur d'ancien métier a tisser.
Ici, l'on tisse de la soie, mais aussi
 
 
 
 
 
des fibres de Lotus. Les fleurs sont cueillies dans les marais environnants, le fil en est extrait,puis filé, et tissé sur place.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Un petit tour sur un marché…
 
Ils viennent du lac, de ses abords de la montagne… ils sont differents, et toujours des sourires, des visages magnifiques
 
Jeunes filles de l'ethnie PAHO
 
 
 
 
 
Fillettes sur une pirogue.
 
C'est en pirogue que l'on vient au marché.
 
Une bonne baignade pour se rafraîchir en fin de journée.
 
 

Luang Prabang

 

Luang Prabang n’est sans doute pas un reflet de la vie au Laos, mais c’est une ville extrêmement charmante.

Ici, règne un calme, une tranquillité unique. Les touristes, il y en a, mais ils semblent inexistants

À travers ces quelques photos, je ne pourrais sans doute pas vous transmettre l’atmosphère de plénitude ressentie ici, mais j’espère que vous pourrez vous faire une idée de environnement et des couleurs.

Touts les photos ont prises à partir et dans la ville

Terrasse en bordure de riviere

 

 

Préparation et vente d’offrandes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moinillons se rhabillant après le bain

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et rentrant au monastère chargés de leur bouée

 

 

 

 

 

Rue principale en milieu d’après-midi

 

 

 

Couché de soleil sur le Mékong

 

 

Siem Reap – ANGKOR (7)

 Je n’allais pas passer une dernière journée ici sans un dernier regard à cette cité retrouvée. C’est donc à ANGKOR WAT que j’ai terminé cette journée. 

 

 

Angkor Wat n’est pas le site où mon émotion fut la plus grande, mais il reste le temple le plus gigantesque, le plus majestueux. 

 

 

 

 

 


 

 

See you soon !

ANGKOR – petites notions du travail de réhabilitation du site

Pour chaque temple,,toutes les pierres sont répertoriées, classées , numérotées. À partir de là, des plans détaillés sont établis, des pierres neuves sont taillées afin de remplacées celles manquantes.

 

 

 

 

Ce n’est autre qu’un puzzle géant !!!

Quand on imagine le nombre de temples, de bassins, les surfaces et,les hauteurs ! 

La rénovation est une chose, mais il faut aussi entretenir l’existant..C’est un travail de titan qui est réalisé. Un grand nombre de nations sont à l’origine de ces travaux. leur participation s’exerce tant par les subventions que par la mise en oeuvre.

Je trouve néanmoins regrettable qu’il n’y ait pas de supervisons globales. En effet si certaines rénovations sont de qualité remarquable, à l’identique, dans le respect des styles et des matériaux, (sans pour autant chercher à faire du neuf), il en est d’autres ( la Chine par exemple) pour qui les travaux sont un réel scandale.

Siem Reap ANGKOR (6)

C’est le jour le plus chaud depuis le début de la saison sèche et anormalement chaud pour cette fin février…

Juste la,visite de 3 petits temples. Après toutes les merveilles découverte ici certains petits,temples,finissent presque par perdre leur intérêt…

 

PREAH KHAN

A l’origine ce fut un monastère bouddhiste dont les représentations de Bouddha furent détruites par les Brahmanes (prêtres hindous) et remplacées par des représentations hindouistes,(une seule représentation de Bouddha est restée).

 

Ces statuts si elles représentaient Bouddha à l’origine ont été transformées en représentations hindoues essentiellement par la transformations de la position de,jambes (celles de bouddhjasant croisées en « fleur de Lotus »)

 

Pour arriver au centre du Preah Khan, une enfilade de galeries et de portes qui deviennent de plus en plus basses a mesure que l’on s’approche du centre (pour montrer son respect). À l’inverse les porte Est, etaient destnees a la sortie, en enfilade, elles deviennent de plus en,plus hautes en se diregeant vers l’exterieur

Au centre du temple , un grand Stuppa Bouddhiste en pierre qui fut rapporté au XVe siècle. Il y a des petits trous dans tous les murs au centre de l’édifice. A l’origine, dans chaque trou étaient enchâssés de l’or et des diamants, tout cela a été emporté et revendu.

De superbes sculptures, et l’emplacement de 3 Lingams (sexe des Dieux) , rond à la base pour Shiva, carré pour Brahma et octogonal pour Vishnu.

La dame, à droite du Stupa n’est pas d’époque Angkorienne… Mais permet d’établir une échelle


 

On retrouve comme au Ta Phrom, une végétation luxuriante qui a repris ses droits.

 

 

 

 

 

 

NEAK PEAN

Un grand bassin entouré d’escaliers et un sanctuaire au centre sur une petite île. Les pèlerins y venaient à l’époque pour y faire leurs ablutions sacrées. Les 4 déversoirs symbolisent 4 fleuves qui prenaient leur source au même lac prés du Mont Kailash au Tibet.

Peu de photo. Ce site est en travaux et peu accessible. Dommage car entourée d’eau l’accès y est très agréable et la géométrie du site demande sans une visite plus approfondie

 

Défilé d’organisations de soutien aux orphelins et enfants des rues

C’est en allant dîner au centre de Siem Reap, que nous avons par hasard assisté à ce mini carnaval, haut en couleurs et en musiques. Des sourires et de la joie sur le visage de ces enfants et adolescents, encadrés majoritairement par des bénévoles occidentaux

Siem Reap – ANGKOR (5)

Aujourd’hui dur dur !.. il fait extrêmement, (même les Cambodgiens le disent) chaud. Cet après midi la température fluctue entre 35 et 40, dans une atmosphère moite ! Donc petite journée sur le site, mais grande journée pour les yeux : TA PROHM

« À la différence de la plupart des autres monuments d’Angkor, Ta Prohm a été volontairement laissé dans un état proche de sa re-découverte au début du xxe siècle. Néanmoins beaucoup de travail a été nécessaire pour stabiliser les ruines et en permettre l’accès, afin de maintenir « cet état de négligence apparente » (Freeman et Jacques) ».

Si je donnais un nom à ce temple, ce serait Temple des Racines ( ou temple pour Charlotte…)




Non non, vous ne rêvez pas, c’est bien moi (à droite), initiée à la vénération de Bouddha !

Balade sur le baray (réservoir d’eau) occidental

Construit près d’un siècle et demi après le baray oriental, sous le règne d’Udayadithyavarman II. (1050) C’est le plus grand des baray : 7.900 mètres de long sur 2.200 de large, construit entre des digues dont la hauteur varie de 10 à 17 mètres. Il pouvait contenir 80 millions de m3 d’eau pour un volume de terrassement de 22 millions de m3. Alimenté par la Siemreap canalisée, son flanc oriental se confond avec un plan d’eau naturel.

Restauré au début des années 1950, il occupe grosso modo son espace originel

Hormis son histoire, ce réservoir permet aujourd’hui l’irrigation des rizières environnantes et est un bassin de pêche important. 


Ce réservoir est aussi une sorte de base de loisirs pour les cambodgiens, avec ses restaurants locaux, sa plage…

 

 

 


 

Au centre du,lac, une île minuscule comportant un tout petit temple hindoue , dont il reste quelques fresques.

 

 

Et si le soleil n’était pas au rendez vous avec sa grosse boule rouge, le sunset nous apporta un ciel magnifique.

 

Siem Reap – ANGKOR (4)

Départ au soleil levant

Départ

Aujourd’hui, visite de 2 sites situés à plus de vingt kilomètres du centre d’Angkor. BATEAY SREI et KBAL SPEAN

Le premier est un temple délicieux, tout en grès rose, magnifiquement restauré et recouvert de fresques très finement sculptées.

« Banteay Srei est un bijou sculpté dans du grés rose qui change de couleur suivant l’ensoleillement. Plusieurs pavillons très bien conservés dont les façades sont finement sculptées d’une multitude de motifs fleuris et de scènes de la mythologie hindoue, de véritables dentelles. L’archéologue Maurice Glaise le qualifie Bantey Srei de  » plus joli des temples Khmers « . (il fut aussi rendu célèbre par le vol d’un Linteau de 800 kg par André Malraux…) . Baptisé « la citadelle des femmes » il est entièrement décoré de reliefs d’une perfection surprenante… »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une quinzaine de kilomètres plus loin,


KBAL SPEAN                  Là, il faut monter,(mais pas des escaliers !). Deux kilomètres de grimpette sur un joli sentier, en sous bois slalomant entre racines et rochers, nous mène à ce site naturel.

 

 

 

Et pour se rafraîchir en arrivant, un petit bain de pieds. (j »espere ne pas attraper une quelconque maladie par les orteils 😉

 

 

 

 

 

« Kbal Spean, « tête de pont » en cambodgien, connu aussi sous le nom de « rivière aux mille Lingas », est constitué de sculptures, datant du XI au XIIIème siècle et creusées dans la roche du lit de la rivière sur une longueur de 200 mètres entre un pont et une cascade. 1000 « lingas » (je ne les ai pas compté) , symbole de fécondité, formés d’un cylindre (symbole phallique) enchâssé dans un socle carré (la matrice), sont sculptés par groupes importants dans la rivière.

Un Vishnou couché bien visible, au fond d’une cascade et d’autres représentations peuplent les rochers, (certains à sec en cette saison)

L’eau de Kbal Spean va rejoindre les rivières Siem Reap et Puok en passant par le temple d’Angkor 

 

Au fond de l’eau, Yoni a 5 linga


 

Siem Reap – ANGKOR (3)

Encore de nouveaux temples découverts. Et encore des escaliers… D’ailleurs sur les panneaux ce n’est pas « go up » qui est écrit, mais « climb.. »

Sur le TAKEO, le « temple Montagne »

Et certains d’entre vous connaissent ma passion pour l’escalade ! Ce n’est pas tres visible sur les photos, mais les escaliers sont vraiment tres tres raides et certains tres hauts !

Et si tout va bien en montée, et que je suis heureuse d’arrivée en haut…







Ce n’est pas la même chose pour la descente !..

Non, on ne se moque pas…

 

 

 

 

 

 

 

 

Jacques, le pied plus sûr que moi – noter qu’ici, il s’est arreté pour regarder le paysage – (mais regarder le garçon, à gaude de la photo).

 

 

 

La terrasse aux éléphants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PRASAT SUOR PRAT (2 des 12 tourelles, face au palais royal)

 

 

 

TOMMAMON – un charmant petit temple restauré par les Français en 1947

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SPEAN THMA (temple non restauré dont il subsiste de magnifiques fresques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La « tâche »‘lumineuse blanche, n’est autre qu’une toile d’araignée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pour finir la journée, un somptueuse fresque de Shiva chevauchant Garuda

 

Siem Reap – ANGKOR (2)

Un début de journée qui fut pour moi un émerveillement : Le BAYON.

C’est la journée entière que j’aurai pu passer à admirer cette forêt de tours et de tourelles dédiées à Brahma. Dieu de la Terre et de la Vie. Quatre têtes symbolisant les 4 points cardinaux.

 

 

 

 

 

Le BAPHUON

Magnifique et très grand temple que était en grand partie détruit, dont une partie s’effondra à l’époque des Kmeres rouges. Les premiers travaux commencèrent en 1960 et furent interromptus par les guerres.

Les KR détruisirent, en 1975 à Phnom Peng, tous les plan de ce site. A partir du,debut des annees 1990 Sous le parrainage de la France toutes les pierres (y compris certaines retrouvées en pleine forêt ) furent répertorier. La fin du chantier de,reconstruction se situe en 2011

 

Système d’emboitage des pierres

Numérotation des pierres..

.

Un Lotus parfaitement reconstitué

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et voici Jacques, dans les pierres du BAYON

 

 

Sur certains sites importants, si ces messieurs peuvent pénétrer en short ou bermudas , il n’en ai pas de.meme pour les dames. On je m’équipe ….Merci sœurette pour l’équipement !

 

Siem Reap – ANGKOR

 

Aujourd’hui, premier jour sur le site…

Une immense forêt, dense, rafraîchissante. Des temples, des petits, des grands, d’immenses… Un univers végétal dans laquelle la main humaine a fait pousser des splendeurs minérales.

Ici et les jours prochains vous trouverez des images. Peu de commentaires, car je m’avoue ignorante de toutes ces fresques, de tous ces édifices, de toute cette culture.

Si j’acquière un minimum de connaissance, je vous en ferais part. Je prépare en annexe une rubrique sur les Dieux qui peut être nous éclairera sur certains.

Un mot tout de même sur le temple principal que nous connaissons tous, au moins par les images : ANGKOR WAT.

Édifice monumental qui bien que fortement détérioré est recouvert de fresques, de bas reliefs, finement ciselés. Un univers entouré d’eau, garni de bassins. Un temple oublié ou vivent encore des divinités vénérées.

 

Angkor Wat dans la brume

Angkor Wat.

Angkor Wat (intérieur)

Raide raide les escaliers Vous m’imaginez ? (en bas, Jacques)