See you…

Il y a eu le premier, voici le dernier (Tuk Tuk) …

Siem Reap, Angkor, Phnom Penh,Luang Prabang, Vientiane, Si Phan Don, Otres, Kep, Kampot, Tonle Sep, Mékong …

 

Au Revoir et j’espère à bientôt !…

Phnom Penh – Ça sent le retour

Lever du soleil à Phnom Penh.

Au premier plan, FCC – Foreign Correspondents’Club Of Cambodia – qui a fait les beaux jours de la presse internationale pendant le guerre du Vietnam. Cet établissement (bar restaurant et hôtel) est un des lieux « branché » de la capitale

Cette ancienne maison coloniale demeure pleine de charme avec ses escaliers et plafonds en bois et pierre et ses decorations sur le theme angkorien

Ses terrasses donnent sur la rivière Tonlé Sap au premier plan et le Mékong au second plan. Les deux fleuves se rejoignent à quelques centaines de mètres de là. L’on aperçoit, à travers la terrasse du FCC l’immense fleuve qu’est le Mékong à quelques dizaines de kilomètres de son delta

Des le matin tôt, les Tuk Tuk sont à l’œuvre, à la recherche de clients.

Ici, un aperçu du nouveau Phnom Penh. Les buildings flambant neuf côtoient les bâtiments anciens, les bidonvilles noyés au millieu de tout cela et tout ceci sans la moindre règle urbanisme.

Je consacre ma journée à courrir les marchés, le musée, les terrasses de café…

Et je termine ma journée entre les mains d’un masseur aveugle. Un délice.

4000 Îles. -Si Phan Don

PRESENCE FRANCAISE

Deux îles importantes et proches dans le Sud de cet Archipel : Don Diet et Don Khone (ou je suis). Le Sud de cette seconde îles se trouve en aval des chutes d’eau du Mékong

Lors de la colonisation, la présence Française était ici importante. Le Mékong est navigable en amont et en aval des chutes. Il fallait trouver une solution pour le transport des marchandises.

Les Français ont fait construire un pont entre ces deux îles

 

 

 

 

 

Et une voie de chemin de fer (5km, à priori la plus courte qui n’ait jamais existėe), permettant le transport des marchandises du Nord au Sud La voie n’existe plus bien que quelques rails subsistent, servant de clôtures.

 

 

 

Mais la locomotive est toujours la.

 

 

 

 

 

 

Sont également visibles :

 

L’ancienne école (qui a brûlée il y a peu de temps,)

 

 

 

 

 

 

 

L’hôpital, qui fut rénové et est utilisé comme hôtel (plutôt chic)

 

 

Et la petite gargote ou je grignotte parfois,, n’était autre que l’église.

Je quitte ces îles paisibles ou l’activité traditionnelle est encore présente , demain.

Je quitte en même temps le Laos pour un retour au Cambodge. (sans doute rien sur le blog avant samedi soir ou dimanche). Bon week end à tous.

 

4000 Îles. -Si Phan Don

Ce matin, levée tôt afin de profiter de la fraîcheur. j’ai décidé de faire une grande balade à pied jusqu’au sud de l’île : endroit l’on l’on peut parfois apercevoir quelque uns des rares dauphins d’eau douce (il n’en reste plus qu’une vingtaine ).

 

 

 

 

 

Après 1/4 d’heure de marche, un véhicule me propose de m’accompagner (free je précise) donc en voiture. À 2km de là, il,me dépose sur une somptueuse plage surplombant un bras du Mékong. À noter qu’en saison des pluies, j’e serais dans l’eau en prenant cette photo…

 

 

Pas de Dauphin, mais une charmante gargote ou je prends mon café. je discute de mon programme et une idée me séduit :

 

J’embarque sur le fleuve calme, slalomant entre îles et îlots.

 

 

 

Le « capitaine »…

 

 

 

 

 

 

 

 

À terre, une moto m’attends pour me conduire à une dizaine de kilomètres aux Chutes du Mekong

En effet, au niveau de ces îles, le Mékong franchis « une marche » d’environ 15 mètres. Ici, la principale, qui s’étale sur un bon kilomètre.

Si cette chute n’est pas le Niagara, en saison de pluies son volume en est supérieur.

 

 

 

 

Comme partout dans le monde, la moindre piscine est un attrait pour les enfants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je m’en reviens par le même chemin sous un soleil fracassant.

 

 

 

 

 

Les montagnes que l’on aperçoit se trouve au Cambodge…

 

De retour à la plage, je me fais raccompagner en moto, avec un petit détour à une autre chute d’eau , tout aussi jolie bien que plus étroite et se terminant par un goulet rocheux.

 

Ici en saison humide, l’eau boueuse recouvre la quasi totalité des rochers

 

À imaginer en saison des pluies…

Il est 13 heures lorsque je rejoins mon bungalow ou je me réfugie jusqu’à 5 heures pour me protéger de la chaleur. Les 40 ne doivent pas être loin.

Pour quelqu’un qui avait décidé de marcher, c’est raté !

 

 

4000 îles – Siphandan

Nouveau déménagement, nouvelle expérience du bus local (même modèle que l’autre jour) ou nous nous serrons à une trentaine.

Pour ma part, vénérable Mam (c’est le surnom dont on l’affuble ici. Madame, maman, ???) on me concocte une place la plus confortable possible : un une banquette rembourrée à l’arrière. Donc pas trop tassée et je respire

Direction le Sud

Voici le port, j’embarque.

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis aux 4000 îles. Région située à l’extreme sud du Laos, face à la frontière,cambodgienne. ici, le Mékong atteint sa plus grande largeur, 12 à 14 km. Il se divise en une multitude bras qui laissent apparaître (surtout en saison sèche, une infinité d’îles et d’îlots) , un véritable labyrinthe.

Certaines îles, grandes, sont habitées. Elle deviennent touristique, mais pour l’instant un tourisme bon enfant, plutôt sac à dos, petites gesthouses. Pour ma part, je suis à Don khone une des trois plus grandes îles.

 

L’atmosphère et calme et relax. Les habitant souriants et avenants vivent au rythme du fleuve et de la température exterieure.

Voici un chouette bungalow, vue Mékong avec air con (c’est vraiment pas superflu !)

 

Vue d’une terrasse, en buvant un jus de fruits

 

Vue du bungalow

 

 

 

 

 

 

Et ce soir, coucher très tôt dans la perspective d’un levé matinale pour profiter de la fraîcheur.

 

Luang Prabang

Très belle journée aux alentours de Luang. prabang accompagnés de Violaine, une infirmière parisienne rencontrée en chemin

Partis tôt le matin, nous remontons le Mékong durant 3/4 d’heures à la rencontre d’un petit village habité par 3 communautés : Hmong, Laotien, Khamu Un village partagé en trois, mais grande tolérance et entraide entre ces communautés.

Un espace est partagés entre tous, avec une école, un lieu de réunion un temple Boudhiste, un petit temple Hmong.. Ici l’école

Et comme c’est la saison des Algues du Mékong (khan hiiin), nous découvrons de près la fabrication de ces feuilles confectionnées à partir d’algues preséchées, parsèment de tomates et d’ail puis séchées au soleil. Ces feuilles sont ensuites roulées, découpées en petits morceaux et servent d’assaisonnement.

Mékong, en bordure, vertes, les algues

Femme ramassant des algues dans le Mékong

Pré séchage

Séchage des feuilles assaisonnées

Nous voici à nouveau sur le bateau redescendant le fleuve durant près de 2 heures.

Après le petit bateau, c’est le plateau arrière d’un pick up que nous nous dirigeons vers les « waterfall »

Splendides, nous decouvrons tout d’abord des bassins émeraudes (ou nous n’aurons même pas le temps de nous baigner)

Puis les grandes chutes !!!

Un sentier mène au sommet et nous décidons de monter… Chaud chaud, haut haut, mais tellement beau.

Nous sommes monter par un côté et des descendons par l’autre. Pour changer de rives, nous traversons la rivière par le sommet. Presque pas de courant, car celle-ci, en haut, s’étale en largeur entre les arbres. Le point de vue est somptueux.

Cascades vus du haut

Ravie de la balade

Nous voici à bord de notre bateau, retour vers Luang Prabang. La lumière de cette fin de journée les très belle et nous observons les activités multiples qui bordent le Mékong. En cette sasison sèche, beaucoup de potager sont installés sur ces zones qui dans quelques mois seront submergées

Et ce soir gros dodo….