Kep / Kampot

Une nouvelle journée à sillonner la région. À 40km au nord de Kep, Kampot et sa région. Surprenante de verdure. Le massif des cardamones au Nord de la région bloque les nuages qui viennent de la mer. Cette region, même en saison sèche est régulièrement arrosée. D’où cette végétation abondante, et ces cultures multiples.

Beaucoup d’arbres fruitiers : jacquiers, arbres à Durians, manguiers, mangoussiers, ananas…

 

 

Même taille, même couleur, mais ce ne sont pas des abricots : il s’agit de mangues sauvages. Très juteux, un doux parfum de mangue, sucré et acide.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

charmante terrasse pour un déjeuner paisible.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La rivière, qui longe un temple, à Kampot

 

 

 

Crevettes qui sèchent au soleil

Moine, dans un temple dominant Kep

 

 

Environ du temple

Jolie propriété (bientôt une guesthouse)

Vue générale Kep, en fin de journée sous un ciel très couvert. – au fond, l’île aux lapins

 

 

Kep

Une nouvelle journée fort agréable à parti de Kep : ce matin traversée en bateau pour l’Ile aux lapins (Anne Marie, je suis sur tes traces) peux de choses à raconter, justes quelques images :

 

 

 

Depart : Au fond, Kep, et dans les feuillages, les villas désertées.

 

 

 

 

 

 

L’île est en vue et me paraît une très bonne destination pour la journée. Essentiellement une plages, 3 ou 4 buvettes restaurants et un vingtaine de bungalows pour qui veut passer la nuit ici.

 

 

 

 

 

Je débarque, superbe !

 

Avant de partir un peu à la découverte du lieu. Un « Ice tea with ginger et honey » (j’en connaîs qui aiment) !!

 

 

 

 

 

 

Allez en route :

Retour vers la plage,

 

 

 

Allez, une petite baignade… Ah, ici l’eau est plus fraîche qu’à Otres Beach : au maximum 30°.

 

Cette chaise, à l’ombre, me séduit!..

 

 

 

pieds en éventail avec un bon bouquin, je supporte.

 

 

Tout frais de la mer à mon assiette

Et en fin d’après midi, après plusieurs baignades, retour par le bateau.

La traversée est pour le moins houleuse et donc humide!… il était inutile que je me sèche après la dernière baignade, car en accostant l’on pourrait penser que la traversée à eu lieu à la nage!… 😉