J2 – Monastere AMARBAYASGALANT

Avant les purges sovietiques, la populations comptait 600 000 habitants dont 122 000 moines repartis dans 750 monasteres. Plus de 25000 moines ont été exterminés, la majorite des monasteres detruits
Sur l.ensemble du pays, seuls une petite poignee de monastères subsistent, dont celui-ci classé par UNESCO au patrimoine mondial.
 
Début du siècle passé près de 3000 moines vivaient ici. A ce jour, il en reste 30….
 
 
 
C'est a pied que Roselyne, Daniele et moi quittons notre village de yourtes pour parcourir les 8 km qui nous a mènerons au Monastère.
Au croisement, heureusement que Bayaraa est là pour nous indiquer la route a suivre… (A noter que nous sommes ici sur une route départementale fréquentée).
 
 
A pied, moins simple qu'en voiture pour traverser la rivière.
Puis, se rechausser.
C'est reparti…
C'est tout au bout d'une longue et large plaine qu'est implanté ce somptueux monastère.
Nous y retrouvons Jacqueline, arrivée en voiture avec Jagaa (prononcer Djarrrrrra),
 
Un mur devant l'édifice afin de le protéger les mauvais esprits
Sur le mur, dragons protecteurs…
 
 
Le vents fait virevolter les drapeaux a prières
 
 
Intérieur du temple. Moinillons qui prient
. Balin : offrande a Bouddha, réalises avec du beurre et de la farine, par les moines.
 
 
Après la visite :
Il y a la queue pour allez aux toilettes.
 
Derrière le temple, une allée ponctuée de moulins à prieres, monte jusqu'à un Bouddha géant.
 
Ici, bouddhisme et chamanisme se mêle. Temple, stupa, Ovoo
Tout autour du stupa, agités par les vents, des drapeaux égrènent les mots, les prières s'envolent aux quatre vents.
 
Au détour de notre balade
Hello, vous me connaissez ? Je suis « zizelle  » (prononcer) zizil »… Mes cousines européennes vivent dans la montagne
. Et oui, je suis une marmotte.
Je m'amuse beaucoup ici ou j'ai plein plein plein de copines.
 
Dans ce pays, il y avaient beaucoup de marmottes comme chez vous. Mais ils n.en reste presque plus. Elles ont été chassées pour être mangées. Maintenant, il n'y a presque plus que nous rt nous sommes très nombreuses : des marmottes, soit, mais toutes petites, environ 30 centimètres, queue comprise.
 
 
 
 
Et partout, des fleurs,, des champignons…
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Pour sourire…

 
En fin de journée, profitant de notre yourte chauffe avec son petit poêle pour laver notre petite lingerie… Et suspendons tant bien que mal, petites culottes et soutiens gorges tantôt au dessus du poêle, tantôt à l.armature, tout autour.
Lorsque Bayaraa, passe nous apporter du bois Scandale !!!!!!!
Le fond de la yourte, soit le nord est : sacré … De plus, la tradition interdit tous objets au centre, lieu oū trône le foyer.
 
Donc le branle bas de combat et au milieu d'eclats de rire nous modifions notre sechoir impoviser, afin de trouver un aménagement plus adéquat mais surtout plus en corrélation avec les coutumes locales.
 
 

YANGON -Schwedagon Pagoda

Un lieu unique a Yangon… La Grande Pagode Shwedagon !

C'est avant tout le premier lieu de pèlerinage du pays. Elle contient tout de même 8 cheveux de Bouddha !

(Petite aparté personnel et.non blasphématoire : Birmanie, Laos, Cambodge, Thailande (pour ne parler que des pays de l'Asie du Sud Est) …. des pagodes, des temples, et des reliques de Bouddha : cheveux, dents, os. Cet homme, au delà du fait qu'il ait atteint le Nirvana devait être sacrément bâti : une chevelure surabondante, une dentition hors normes, sans parler d'une stature d.exception…

Historiquement, Le prince Siddharka, n'a jamais mis les pieds (pourtant beaucoup d'empreintes) dans aucun de ces pays d.Asie du Sud Est oū il a laissé ou offert toutes ces parties de son corps.

ok, je ne suis pas drôle a ainsi briser les légendes !

 

 

SCHWEDAGONE PADOGA : Elle mérite bien un article pour elle toute seule.

 

Pour certains, Schewdagon est la plus belles pagode au monde…

Nous nous y sommes rendues dès le premier soir puis y avons passé une grande partie de cette matinée.

Des Pagodes, depuis que nous sommes ici, nous en avons visité un grand nombre. Mais il est vrai que celle-ci entourée de ses pagodons est particulièrement belle.

Dorée, bien sur… de l'or il y en as partout, mais quelle merveille. Contrairement a de nombreux autres endroits aucune impression de kitch, de surfait.

 

Je ne profiterais pas de cet article pour vous faire un cours d'histoire ou une visite guidée du site. Si cela vous intéresse, rendez vous sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pagode_Shwedagon ou autre…

Ci dessous, des photos de nos visites. Photos de détails, photo générales, photos surprenantes, photos de vie …

J'ai fait ce que j'ai pu, mais désolée, je n'étais pas seule… Alors bien sûr un peu de monde sur certaines photos, également quelques câbles électriques, quelques lampadaires…

 

 

Le Grand Stupa de la Schwedagon Pagoda

 

La grande Pagode, de nuit

 

Pointe d'un autres,stupa en rénovation et recouvert d'échafaudages en bambou.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la nuit tombée, des centaines de petites bougies sont allumées tout autour du,Grand Stupa.

Le sommet de la Pagode est constitué d'un sorte d'ombrelle recouverte de pierres précieuses. A la.poinde, un gros diamant

Avec l'eclairage, celui-ci brille la nuit. Le scintillement n' est visible que d'un endroit (une ligne). En progressant sur celle-ci la couleur du reflet varie

Attention photos de.fort mauvaise qualité (nuit+zoom et sans pied. Tout cela ne fait pas bon ménage)

 

 

 

Tout autour de.la pagode, de petits Bouddha soignés, chéri, fleuris, arrosés .. À chaque jour de la semaine, un pagodon, soit 8 … Tél est le nombre de jours par semaine ici car le mercredi compte pour 2 : un le matin, un l'apres midi

Tiens, une fois encore allé papote ! Cette fois ci avec un bonze…

 

 

 

 

 

Au petit matin. Le petit Bouddha est nettoyé, brossé, avant d'être refleuri et arrosé

 

Groupe d'enfants chantant

Porteur d'offrandes

Dans la petite niche, un Bouddha

 

Il faut bien balayer l'esplanade…

 

Tourelles peintes de scènes de la vie de Bouddha

Détail de colonnes et.plafonds d'un temple.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeu d'ombrelles

 

Que me veut-elle cette grande avec son appareil photo ?

Bonze au Ray Ban et aux tatouages… 🙂

 

Pour être certain de méditer tranquille

Encens

Fleurs en offrandes

Soif ? Réservoires d'eau potable.

Mawlamyine

C'est en petit bateau a moteur qu'à partir du nord de la ville, nous allons rejoindre une minuscule île située a la confluence de plusieurs rivières. D'après la légende, cette île flotterait sur l'eau : l' Île au Lavage des cheveux (non, ce n'est pas un salon de coiffure« )
Cette île verdoyante est un lieu de méditation. Y seraient cachés les joyaux du Bouddha historique. Trésor gardé par les religieux présent ici ; essentiellement des nonnes.
 
Des le XIVeme siècle, les rois y venaient pour la cérémonie du lavage des cheveux, l'eau du puit y étant particulièrement pure -disaient-ils. (Puit quasiment invisible de nos jours.
En arrivant sur l'île, le monastère.
 
 
 
 
 
 
Et des le débarcadère , on l'aura compris, il faut se déchausser.
Ce petit îlot compte 70 stupas et un nombre important de statuts liées à des divinités bouddhiques.
L'entretien du lieu est remarquable : dans ce petit univers tropical, les feuilles sont balayées, les chemins en terre ratissés
Ouverts aux autres religions, on y trouve aussi un petit temple hindou, un temple chinois,
Un temple Nepalo Tbetain
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les chrétiens ne sont pas oubliés. Tous les ans a Noël, les bonzes brûlent des cierges et prient pour eux
 
 
Nous revenons vers le centre ville et nous demandons ce que nous,allons faire
 
Après réflexion, nous prenons un taxi et nous faisons amenées, a 1/2 heure de voiture sur la route de HpaAn, aux grottes de Khayin. L'idée fut génial !!!
 
Au milieu d'une grande plaine ou se succèdent les rizières, se dresse un massif Karstique.
Une succession d'immenses grottes y abritent des Bouddhas
 
Et des Nats
Une fois encore, des offrandes et du recueillement
Petit Bouddha sculpé dans la roche et recouvert d'or
Un Bouddha sur son cobra.
Plafond d'une grotte peint et décoré de petites statuette de Bouddha sculptées dans la roche et recouvertes d'argentnt
En ressortant, nous découvrons devant l'entrée un camion qui se prépare à une ballade musicale….
Sur l'arrière, la table de mixage et une petite remorque transportant un,groupe électrogène…
La fixation de la remorque : une corde ! Les manœuvres sont délicates.

Mais les décibels sont au rendez vous avec une puissance de basses impressionnante







Une fois notre camion parti, nous partons voir les grottes situées de l'autre côté du massif.
 
une rangée de bonzes dorés suivent, comme nous, le chemin qui mène a un petit monastère.
 
 
 
 
 
 
Au loin, le chemin repartant du monastère.
Un tel régime de bananes, j'en avais jamais vu… sans doute est grace a la protection des moines !
Dans une faille de rocher.
Une petite grotte…
dont l'accès est protégé par un gardien.
Le Principal du monastère se laisse gentiment photographier. Puis avec un grand sourire nous offre quelques bananes.
Nous repartons, toujours accompagnées par les bonzes
Portant leur panier a offrande et un éventail.
Ils nous accompagnent jusqu'à la sortie…
 
 
***************
Demain, nous refaisons nos valises, puis autocar direction Yangoon ou nous passerons une nuit avant de prendre un autre car pour une nouvelle destination
Donc pas de blog avant mardi soir au plus tôt (sous réserve wifi correct)
 

MAWLAMYINE

Aujourd'hui , c'est au Sud de Mawlamyine que nous allons. À une trentaine de 30km, là ou se trouve le « plus grand Bouddha couché » du monde.
 
Sur la route, je suis impressionnée par la dimension des forces militaire. Sur plus d'une dizaine de kilomètres, d'un côté de la route, des murs.. Les casernes se succèdent les une après les autres. Bataillons d'infanterie, école militaire, hôpital militaire….
 
 
Nous y voici. Impressionnant pas vraiment beau, c'est le moins que l'on puisse dire… Une gigantesque édifice de 38 mètres de haut et 120 mères de long, soit huit étages dans lequel se trouve plus de 150 pièces. Dans chacune des statuts en béton peintes de couleurs criardes. Des scenes de la vie de Bouddha à l'échelle humaine…
Mais l'intérieur, reste aussi un vaste chantier. C'est pieds nus que nous déambulons sur un sol en béton, des gravats et au milieu d'armatures métalliques et de poteaux en béton… Vous comprenez pourquoi il n'y a pas de photos.
Sur certains cotes les travaux se poursuivent alors qu'à d'autres la rouille et la vétusté s'installe. L'idée de ce monument est celle d'un moine qui en 1921, lors d'un rêve a perçu une voix intérieur le sommant de construire un monument unique dédié a Bouddha. Le début des travaux débutant en 1990.
Les yeux mesurent 7 mères de long et la pupille est représentée par une sorte d'antenne parabolique. Peu visibles sur la photo, les cils sont de longues armatures métalliques …
 
Aux alentours, des forêts d'hévéas sillonnées par des chemins bordés de statuts de bonzes d'environ 4 mètres de hauts.
Chacune avec un visage different et toutes se dirigeant vers le Grand Bouddha…

Dans les forêts environnantes…
De retour à Mawlamyine, après une petite sieste a l'hôtel, nous repartons sur la « Colline aux Pagodes ».
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Dans un très ancien monastère, un bonze nous fait visiter ses merveilles. L'endroit est vraiment superbe, de grandes salles et des paquets tout en teck. Ici un plafond décoré.

Là, une décoration d'autel. Deux défenses d'éléphants finement sculptee. L'extrémité de celle ci est cassée, ce qui permet de distinguer une des figurines sculptée à l'intérieur.
Une porte et ses sculptures en bois peintes, sur un fond de cloisons en caissons décores.
 
 
 
 
 
 
Magnifique, mais tout cela est a l'abandon et croule sous la.poussiere. Quelques néons déci delà pour éclairer un peu, des fils électriques qui pendent au milieu des pièces !
 
Tellement de fortunes dépensées dans les temples ! Pourquoi oublier ces merveilles anciennes.
Pour finir, bien sur, notre couché de soleil quotidien.
 
Et tout la bas, au loin, le clocheton éclairé d'une pagode
 
 

MAWLAMYINE (Moulmein)

Mawlamyine se situe a l'embouchure dunfleuve Salouens qui comme le Mekong et l'Irrawady prend sa source au tibet. Dans le delta entre Mawlamyine et la mer, plein d'îles.
Une atmosphère un peu bizarre se degage de cette ville ou ne ne croisons quasi aucun touriste.
Cette ville fut particulièrement riche et,prospère au moment de la colonisation anglaise, leur principal port dans le,pays. Nous y trouvons un grand nombre d'anciennes maisons coloniales aujourd'hui en très triste état.
Mawlamyine fut une citée très cosmopolite à l'époque de la colonisation. Suite aux guerre qui,ont suivi, une grande partie des expatriés qui vivaient ici sont répartis. Néanmoins, nous rencontrons beaucoup de personnes d'origine Indienne ainsi que nombre de musulmans et des mosquées.
Bien qu'a priori la ville nous paraisse un peu moins pauvre qu'ailleurs, la décadence qui plane ici nous a procurée un certain mal être lors de notre première matinée
 
Une colline domine la,ville. Colline sur,laquelle se succèdent un grand nombre de pagodes et de monastères. ( Il est pour nous assez regrettable qu'ici comme ailleurs les superbes bâtiments anciens tout en teck soient en si triste état a côté à côté des dorures et surdorure des,pagodes )
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Plafond d'un des très longs escaliers menant à la pagode principale.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Au détour d'un monastère, un vieux Bonze peaufinant sa coiffure.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
De jeunes bonzesses revenant de l'école….
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pendant que de petits,bonze apprécient la restauration de leur monastère.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Celui-ci, plus âgé, flirte avec une demoiselle. Il faut savoir qu'ici comme dans beaucoup de pays bouddhistes, tous les garçons font un « stage » (de quelques semaines a plusieurs mois) dans un monastère, afin de s'initier aux « valeurs de Bouddha et d'acquérir la Sagesse.
Il reviendront après à une vie normale
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
De cette colline dominant la ville et l'estuaire, nous assistons a un très beau couché de soleil
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
De notre position dominante, dans le calme de la pagode, le paysage est somptueux…
Cette très jolie soirée nous a réconciliée avec cette ville au nom qui fait rêver… Sur cette colline, nous y reviendrons, pour en découvrir les recoins cachés et assister à nouveau à,ce magnifique spectacle de fin de journée.
 
*********************************
 
Suivants les conseils de nos guides touristiques préférés, nous nous rapprochons de Monsieur Antony qui outre sa guesthouse est l' »endroit » ou la personne qu'il faut rencontrer ici pour nous aider à mettre sur pied des petites excusions. Et comme nous avons décidé de nous rendre à un l'île située dans l'estuaire, a 1/2 heure de bateau , Monsieur Antony nous paraît le mieux placer pour nous fournir quelques renseignements. Et ça tombe bien puisqu'aujourd'hui il forme un petit groupe pour visiter l'Ile.
 
Vers 10heures ce matin, nous partons donc, en Tuk Tuk vers l'embarcadaire, accompagnées de Monsieur Antony lui-même, 2 canadiens, 2 autres français 2 taïwanais, 1 américaine…
 
Petite traversée sympathique avec samoussa et gâteau au riz offerts.
Arrivés sur,l'île, nous nous répartissons entre 2 tuktuk et une carriole à cheval.
 
Et retour en camion
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Tout paraît super, mais la journée n'est pas celle que,nous aurions faites,si nous étions seules. L'île mesure 20 km de long. Nous aurions aimé n'en voir qu'une petite partie mais déambuler comme bon nous semble
 
 
 
 
 
 
dans une ou deux villages, dont les maisons sont majoritairement construites en bois,
ou dans la superbe campagne environnante a observer la vie local,
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
mais…
 
Nous avons parcouru la majeure partie de l'île sur des routes très cahotantes, visité une fabrique d'ardoise traditionnelle, une fabrique de bracelets en caoutchouc (je vais y revenir), une fabrique de cannes. Nous nous sommes arrêtés une heure pour déjeuner. Et retour à la case départ, a 5h cet après midi ( tout cela dans une chaleur humide épouvantable)… Donc pas vu grand chose.
Bon il y avait quelques points positifs quand même : aucun harcèlement pour nous vendre quelques bibelots ou artisanat local. Nous avons même y droit à quelques cadeaux : une fleur de Lotus en collier, deux mini ardoises et leur crayon, une poignée d'élastiques Et enfin, un plaisir pour,les yeux lors de notre arrivée en fin d'après midi sur Mawlamyine ….
 
Fabrication des élastiques
 
Récolte de la sève d'hévéa qui sera traitée,, travaillée,
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
laminée pour obtenir des sortes de crêpes,qu'il faut alors sécher.
 
 
 
 
 
 
 
Le caoutchouc liquide est teinté. De grands bâton de bois sont enduit de cette pâte et,sèchés au soleil
Une fois sec, avec un peu d'eau, les tubes ainsi constitués sont retirés des longs bâtons
 
 
Une fois ces préservatifs secs, ils sont coupés en très fines rondelles a l'aide d'une sorte de massicot
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Enfin, ces amoncellement de fines rondelles sont enfilés sur des tiges afin de les demeler. Ça y est nous obtenons nos authentiques petits élastiques…
 
Je ne les regarderais plus de la même façon.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Au débarcadère avant de reprendre le bateau.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Quelques images de notre retour sur Mawlamyine ….
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Une bonne journée malgré tout, dans une ambiance sympathique avec quelques mots échangés avec nos compagnons de route.
Et un retour sur un vieux rafiot en bois au milieu de la population local.
 

ROCHER D’OR – Kyaikhtiyo

Le Rocher d'Or, ou Pagode de Kyaiktiyo, est un énorme rocher d'environ 6 m de diamètre, posé en équilibre à 1 200 m d'altitude

Coiffé d'un petit stûpa, c'est l'un des principaux lieux de culte du bouddhisme birman. Les pélerins recouvrent de feuilles d'or ce monolithe. Pour les bouddhiste, venir au Rocher d'or est une étape essentiel de son itinéraire religieux. L'effort consenti lui vaut des bons points pour sa nouvelle vie ainsi que la gentilesse et l'indulgence des puissants Nats locaux.

Selon la tradition, le rocher aurait été placé à cet endroit par deux nats (esprits) il y a 2 500 ans ; il ne tiendrait que par un fil, un des cheveux du Bouddha !!!

Les femmes n'ont le droit ni de le toucher, ni de s'en approcher à moins de 10 mètres….barrières chromée, panneaux et gardiens … nous ne dépassons pas les limites…

 
 
 
 
 
 
Et oui, tout ce chemin, toutes ces marches pour un rocher.
Mais un rocher en équilibre grâce à un cheveu de Bouddha…
 
 
 
 
 
 
Du monde sur ce site, nous nous y attendions… Des touristes evidemment,
 
mais beaucoup de pèlerins venus de partout. Du plus jeune au plus vieux, une immense dévotion.
 
 
 
 
Certains y viennent le soir, et dorment devant le rocher.
 
Et partout sur le site, des cloches et des clochettes reprenant les textes sacrés de Bouddha
 
 
 
Un autre rocher, un peu plus loin
 
Que dire de cet endroit… Outre le fait que du haut de la montagne la vue soit magnifique, outre le rocher lui-même,
 
Attenante au rocher, une immense esplanade entourée d'une multitude de statues religieuses, ici ce ne sont que vente d'offrandes, oratoires, urnes emplies de billets…petites maisons (plutôt moches) a Nats, offrandes et offrandes
Et tout cela dans un décor clinquants et très kitch à la,fois…

En contre bas, un « village » entier de boutiques de souvenir, gargotes, ventes de remèdes en tout genre….
 
 
 

LAC INLE J2/J3

Hier, nous n'avons pas fait grand chose mise a part la gestion de l'intendance pour les jours a venir. Reservation d'autocars, d'hotels… et des petits tours dans le,village ou nous residons.
 
 
Ce matin, c'est réparti sur le lac
Mais aujourd'hui nous changeons de lac, nous partons sur,notre pirogue droit vers le sud, sur le lac Sankar, 3 heures pour parcourir le Lac Inle, puis le long canal vers l'autre lac. Canal qui s'apparente parfois a,une rivière, parfois à un marécage ou nous trouvons notre sillonnons des petits canaux d'un mètre de large bordes de Lotus, de Jacinthes d'eau..
 
Avant de partir, arrêt à une station service pour faire le plein.
 
Un temps très couvert ce matin, de gros nuages, de la brume.
 
En cours de chemin, des pêcheurs.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le soleil est revenu, eclairant de somptueux paysages
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
En cours de route, nous nous arrêtons pour payer un droit d'accès dans le territoire Pa-O. Un guide Pa-O nous accompagne
Sous le soleil de plus en plus chad, , chacun vaque aisés occupations
 
Femmes et enfants Pa-O, en bord de Lac, dans une exploitation de bambous.
 
Un petit chenal ou progresse notre pirogue
 
Oups…
 
A,notre arrivée sur le,Lac Sankar, nous visitons deux sites datant du XIIeme et XVeme siècles. Des donations en provenance de Singapour permettent une réhabilitation des lieux
 
Dans un monastère, un bonze enseigne les règles de.Bouddha a des enfants. Ceux ci semblent subjugues par leur maitre
Des prières récitées à,haute voix, des enfants s'emmelant un peu les doigts dans les gestes rituels.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Toujours en bordure de l'eau, activités agricoles
Femme battant des bottes séchées afin de séparer le riz
Nouveaux alambics dans une distillerie de riz
Jeunes Pa-O devant une ecole
Peut être l'insitutrice…
 
Notre jeune guide Pa-o accompagné d'une « stagiaire »
Aie, dans notre pirogue, sur le chemin de retour, la pluie commence a tomber… mais tout est prévu, même les parapluies.
 
J'en suis ravie, je ne sais même plus à quand remonte ma derniere pluie !
 
La soirée va se poursuivre sous la pluie qui nous procure une agreable fraîcheur
 

BAGAN J/4 – Mt Popa

Ce matin, j'ai repris la forme et Anne-Marie aussi. Nous partons.donc,,en taxi, vers le Mont Popa.
Quelques 700 marches à grimper, pieds nus bien sur, pour accéder au temple. Anne-Marie adopte un nouveau look : un gros bobo recouvert d'un pansement, sur le dessus du pied, lui permet d'obtenir la permission de monter avec une chaussette…
Nous sommes un peu inquiétes, car les guides que nous avons lus préviennent que la montée est pénible, pieds nus dans des escaliers rugueux et d'une grande saleté causée en particulier par la multitude de singes qui non contents de nous faire marcher dans leur excréments, sautent sur les passants…
Une vingtaine de marches après le départ, un singe m'attrape la jambe en passant…. c'est mal parti, je sens que je vais faire demi-tour…
Et non. La Birmanie s'ouvre aux touristes et beaucoup de choses.changent. Ainsi,,les escaliers ont été refaits, ils sont couverts par des toits et sont revêtus de carrelage nettoyé en permanence (donations for the cleaning, please !). Les singes, mise à part en bas, vers le village, ne font plus partie du décor. Une tradition perdue et tant mieux
 
Ce temple se trouve sur un piton rocheux à 730 mètres l'altitude ( pour environ 60 m a Bagan). Ce pitou n'est autre qu'une colonne de lave solidifiée.
Le Mont Popa est le plus grand liede concentration de Nat du pays, c'est également un temple bouddhiste. C'est un des principaux lieux de pèlerinage du pays et ceci,depuis …. Jusqu'au 11ème siècle, les rois s'y rendaient avant d'entamer leur règne.
Outres les offrandes divers, les donations sont très importantes. Elles représenteraient entre 10 et 30% des revenus des Birmans …
Ici, empreinte des pieds de Bouddha
La représentation des Nat paraît, pour nous, d'un style extrêmement kitch!..
Une profonde dévotion chez l'ensemble des pèlerins.
Un petit groupe d'ados me demande,de les prendre en photo. Chose faite.
Mais ils n'ont pas d'ordi et je n'ai pas le moyen de leur envoyer la photo sur leur téléphone. Alors je leur ai donné l'adresse du blog afin qu'ils retrouvent leurs photos. J'espère qu'ils pourront se connecter sur le site.
Une femme préparant des offrandes sous forme de bouquets…
Un gong
Vendeuse de fruits
Pour celle (qui se reconnaîtra) qui m'a demandée des éléphants… (Désolée je n'ai pas mieux pour le moment)
Nous reprenons notre taxi… quelques pâtes sautées en cours de routes… et nous traversons un paysage très vert dont le relief est donné par les palmiers.
En cours de route atelier la spécialité locale, le sucre de palme et ses dérivés
Beaucoup de monde, a pied, le long de la route…
Un alambic local pour la fabrication du.whisky local (alcool de palme)
Mais ou vont ils donc….
… Et eux ?
Visite terminée, et hop, en voiture, direction Bagan !
Là, notre chauffeur nous propose de nous rendre à une grande fête qui a lieu une fois par an dans un village proche. Un Bouddha Festival cet après midi et durant cette prochaine nuit de pleine lune.
Bien entendu, nous sommes partantes
Tous ces gens a pied, ces voitures (diverses), se rendent au même endroit : a la fête.
Voitures, motos, char à,bœufs forme un sympathique embouteillage
Nous traversons le petit village constitué de maisons aux murs de feuilles de palmes tissés. Sur les sols en terre battue, une propreté remarquable.
Voilà , nous y sommes. À première vue une sorte de fêtes foraine , un manège, des ventes de jouets (dont beaucoup d'armes en plastique), ventes de vêtements, de fruits, canne à sucre, beignets…
Un peu plus loin, nous découvrons un immense « parking ». Les bœufs ont été dételés, les charrettes sont rangées en cercle, autour d'une grande de place au se tient une scène. Les meilleures places pour assister au spectacle ce soir : Assis dans les charrettes, donc un peu surélevé…
Pour cette fête exceptionnel, tout le monde s'est fait beau. Des maquillages apparaissent, la thanaka est souvent artistiquement appliqué, en parti luire sur les enfants
Une femme se maquillant au Thanaka…
C'est pourtant interdit, mais c'est perchés sur un stUpa que des enfants.attendent la suite du,programme.
Au niveau de charrettes, la vie s'organise.
Derrière, les animaux mènent leur vie tranquillement
Un cortège de femmes apportent des offrandes
Dans le secteur des restau buvette, un stand de soutien à Aunh Saan.Suu Kyi. Nous y sommes accueillies les bras ouverts.
On achète un calendrier à l'effigie de « La Dame de Rangoon », on nous offre des galettes…
Sourire d'une jeune fille
De la musique de la musique. Hou. Que c'est fort !! Une sorte de rock birman endiablé ! (Les décibels sont au Max) – un bruit incroyable. Les tympans risquent de s'en souvenir longtemps (là, je ne plaisante pas du tout).
Que des garçons. Je suis certaine que les filles seront bientôt la aussi … Chaque chose en son temps, le pays commence juste à s'ouvrir
C'est la préparation à la full moon party !!
Et pour ce faire, une sono comme je n'en ai jamais vu !
Et la sono est mobile !
Juste a côté . Comment font-ils pour rester stoïques ?
Un petit bonze à l'air triste nous suit un moment… Son jouet toujours à portée de main : drôle de jouet pour un moinillon !..
Un moment unique pour nous.
La fête, des sourires partout, un accueil très chaleureux. À leur façon de nous regarder, nous étions sans doute pour certains un peu l'invité surprise. Ils semblaient très fiers de notre présence et nous redemandaient des photos
En repartant un embouteillage .!!!
En bord de route, des travaux de réfection de la chaussée.
Les femmes sont très présentés sur ces chantiers
(Désolée pour le contre jour, mais il y a des moment on fait ce que l'on peut…)
Retour à l'hôtel
Et pour terminer cette journée pleine de surprise, ce coir, à Bagan, en cette nuit de full moon , ce sont des pétards, de petits feux d'artifice et des bougies…
Le choix de photos fut difficile après une telle journée. Heureusement la wifi fonctionne magnifiquement bien ici, mais ne rêvez pas, il n'y aura pas autant de photos tous les jours !
 

BAGAN /J2.

Tout d'abord, quelques mots sur BAGAN
 
Il s'agit d'un site de 42km2 constitué d'une multitude de pagodes, temples et stupas construits entre le 11ème et 13eme siècles. Sur les quelques 4000 à l'origine, il en reste plus de 2000 encore debout. Le bouddhisme est ici présent à chaque détour de chemins.
Le site se situe sur le bord du fleuve Irrawady, dans une large plaine chaude et sablonneuse (sans doute du aux innondations du fleuve. Pas de forêt ici. L'ensemble des monuments est construit en brique et sans doute est ce les quatites très importantes de bois utilisée a chauffer les fours des briqueteries qui ont causé une déforestation de cette plaine.
Ce lui est magique. Cette immense plaine reste une zone rurale avec des champs plus ou moins cultivés à perte de vue. Champs aux milieu desquels surgissent de partout des monuments, du petit stupas a l'immense temple. Ce sont des moments fantastiques que de se promener ici en vélo ou en charrette à cheval et les photos ne peuvent d'écrire ce que voient nos yeux…
 
Tout ceci, pour vous dire que je ne donnerais que très peu de noms précis des lieux visités (je suis d'ailleurs incapable de les mémoriser). Je vous présente juste quelques photos afin d' essayer de vous faire partager nos ressentis.
En ce qui concerne les temples, c'est l'aspect extérieur qui procure la magie du site (sauf exception, les intérieurs sont souvent dépourvus de décoration et ce ne sont essentiellement que de longs couloirs sans grand intérêt – impression que vous n'aurez sans doute pas en regardant les photos).
 
Un temple monumental.
La pagode ANANDA : J'ai volontairement laissé sur cette photo la tête de quelques visiteurs afin de donner une échelle de grandeur.
Un des battants d'une double porte (quelques 5 mètres de haut…)
 
 
Buddhas, au pied de l'immense Buddha
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
De la plus petite niche, a la plus grande, des Buddhas…
 
 
 
 
A la sortie du temple, une cabine téléphonique…
Au milieu de nulle part, au milieu des temples….
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Petit temple, tout en finesse, discret, entouré de champs.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
a l'intérieur :
Entièrement décoré de fresques reproduisants des scènes de la,vie de Buddha.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sur un mur, une merveille.
 
Le coucher du soleil approche. Perchées sur un petit toit-terrasse, nous passons un moment inoubliable.Seules, nous observons la campagne, les temples, les pagodes changer de couleurs. De la musique nous parviens d'un temple éloigné… Nous restons là une heure juste à regarder…
 
Marchands du temples… Cloches, clochettes, gongs….
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
A moins que vous ne préfériez des marionnettes… Il y a aussi de beaux objets en laque !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Si vous avez des commandes, je suis à votre disposition.
 
 
Une femme dans les champs….
 
 
 
La-bas tout au fond, la montagne et le mont Bopa ou nous irons demain.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Il faisait très chaud aujourd'hui sur notre vélo… Mais c'était un rêve éveillé. Un mélange de nature et de richesse culturelle. Des instants hors du temps.
 

BAGAN /J1

Un peu difficile de ce lever ce matin…
Bon 9h30, c'est parti.
 
Petit tour au marché ou je m'achète une tenue birmane : le longyi noir, brodé et sa chemise : super pratique, joli et tout pour l'équivalent de 15 euro
 
Je parlais précédemment de la coutume local de s'enduire le visage de crème à base de poudre thanakha. Il s'agit de ces buchettes elles sont frottées sur une plaque en pierre, comme ceci, afin d'obtenir une poudre.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nous repartons à pied
Jusqu'à la pagode Shwezigon.
 
Il s'agit d'une des plus belles et des plus vénérées du pays, fin de sa construction 1090. Elle contiendrait un,os frontal de Buddha ainsi que la réplique d'une de ses dents
 
Tout autour, un grand nombre de salles de prières et de repos de style birman traditionnel.
Dans celle-ci, présentation des 37 nats (il s'agit d'esprits qu'il est important de se concilier). (La vitrine est salle, dommage)
 
Celle-ci finement décorée est soutenue par des piliers recouverts de mosaïque
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Vieille femme vendant des colliers de fleurs comme offrandes
 
Dans cette jolie salle, les statues représentent plusieurs épisodes important de la vie du prince Siddarta. Il rencontre son ennemi Mara, un vieillard, un homme proche de la mort, la mort elle même (au fond à droite), couchée.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ici, une femme vend des feuilles d'or….
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
L'on observe sur ce Buddha, les boursoufflures dues à la surcharge des feuilles d'or.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ici, le reflet de la pagode dans un petit creux rempli d'eau. Il s'agit d'un ingénieux système permettant de vérifier la rectitude du bâtiment, lors de sa construction.
 
 
Bonze en méditation.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Après la visite d'un autre temple dans lequel subsistent des peinture, nous poursuivront notre balade (pédestre aujourd'hui), par la tranversée du village, en bordure de l'irrawadi dans ce quartier vit une population extrêmement pauvre (peu de,photos : un peu de descence.. ) dans de minuscules baraques en bambou. Tout ceci n'empêche pas les sourires et les petits signes de gentillesse.
 
Au bord du fleuve, pêche, nettoyage du linge, toilette, des enfants qui jouent, la famille cochon.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ce jeune homme est heureux de nous montrer les résultat de sa pêche.
 
 
Une jeune fille nous prend en sympathie, nous explique qu'elle a perdu ses parents. Elle nous prends par la main et nous accompagne un moment en nous appelant maman. Elle nous demande de la prendre en photo en sa compagnie.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Peut être cela n'est il qu'une,histoire pour gagner un petit billet (que nous lui donnons), mais elle semble réellement sincère. Un moment très émouvant.
 
 
Une Nouvelle journée est passée. Nous tout de même longtemps marché sous un soleil ardent (et pieds nus dans les temples, ça brûle la plante des pieds . Il y a ici beaucoup d'arbres, merci à eux pour leurs ombres bienfaitrices… C'est donc claquées, en sueur et poussiéreuses que nous rentrons à l'hôtel ou la piscine nous tend les bras.
 
Demain, debout 7 heures. Même si cela en etonne certains (et oui je peux le faire), nous partons en vélo… Direction Old BAGAN ou sont regroupés un nombres important de temples. Je le sens, il va faire chaud !!!


——––––––
Incroyable mais vrai, ici le wifi fonctionne plutôt très bien. Profitons en…
 
 

MANDALAY J2

Comme je vous l'avais dit, nous,nous sommes levée à 4 heures ce matin pour assister, dans la pagode Mahamuni
à la toilette de Boudhha… Dans ce grand temple de MANDALAY, le matin nombre de fidèles viennent ce recueillir, pendant que des bonzes, »astiquent » énergiquement, durant une heure), la face recouverte de feuilles d'or, de ce Bouddha
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Et comme il va faire chaud, il ne pas oublier de l'eventer…
Puis direction le magnifique pont de U BEIN. C'est le plus long pont du monde construit uniquement en teck. (1200 m) construit en 1849 le bois et les.piliers sont en teck et proviennent d'un monastère a l'abandon. C'est la que nous assistons au levée du soleil. (Vous le reconnaissez peut etre, il s'agit que meme pont que celui qui,orne un mur de mon salon…)
Moment magnifique dans le calme de ce grand lac ou la vie s'éveille. Nous croisons quelques moines, quelques locaux qui,pratiquent leur,gymnastique matinale, et quelques bicyclettes chargées : toute l'activité de l'arrivée touristique du pont se met en place. (les touristes viennent ici dans la journée et surtout pour le coucher du soleil : nous sommes tranquilles)
Enfin un café ! Assises au bord du lac en observant les pêcheurs au loin, nous sommes ravie d'avoir fait l'effort de nous lever tôt.
 
 
Notre journée se poursuit par la visite de. ' immense temple tout blanc…
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Puis visite d'un immense monastère (1400 moines), ou nous assistons a la preparation de ceux-ci pour le dejeuner. Visites des cuisines :
 
Le rice cooker
Plus tard dans la journée , a partir d'un temple situé en bordure de fleuve, nous découvrons un panorama magnifique : face à nous, au loin des collines verdoyantes parsemées d'une multitude de pagodes et de monastères aux clochetons dorées (ici très zoomee une partie de ce panorama)
 
Si les temples extérieurement sont des bijoux généralement blancs et dorés, l'intérieur, il faut bien le dire nous laisse dubitatives. Des Bouddhas, des Buddhas de toutes tailles, dores et il faut bien le dire plutôt kitchs comme celui-ci, auréolé de néons clignotants de toutes les couleurs…
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pour la fin de journee, INWA, charmante petite ile ou nous nous promenons dans une « horse car » ,(chemins defoncés, aie le dos…)
En cette fin de.journee, les touristes évacuent les lieux… Merveilles, une fois encore nous voici seule dans la campagne, le soleil déjà très bas procure une lumière superbe et temples et pagodes se.refletent dans les nombreux champs inondés, étangs et,rivières. (Appareil,photos en,pannes ! Quelques photos ulterieurement (je vais les piquer à Anne Marie)
 
 
************************
 
La Birmanie, c'est aussi : un climat général paraissant calme et tranquille. Une population charmante, adorable, prevenante. Des sourires de la gentilesse…
Beaucoup de.pauvreté, des conditions de vie difficiles des travaux tres rudes, (comme souvent,en Asie),
 
mais aussi, quelques barricades en attente au coin d'une rue,
Des militaires qui encaissent le peage de certaines route….
********************
 
Trois SCENES ADORABLES…
 
Une maman et sa soeur devant LE bébé …
 
 
 
 
Un petit signe de cette petite fillette intimidée.
 
 
 
Cette fillette.est joliment « maquillée » comme un grand nombre de femmes, fillettes et quelques hommes,,
 
Ce « maquillage » est un cosmétique local,c'est une pâte, obtenue à partir de buchettes en vente sur les,marchés et issues de l'écorce d'un arbre , le Thanakha, la pâte étalée a l'aide de brosses a dents a de multiples fonctions : protection solaire, anti transpirant, antiseptique, de plus il rend la peau jolie et douce (je ne l'ai pas essayée)
 
Tiens, une cloche….
 
Nous rentrons épuisees et ravies de cette longue, tres longue et très riche journee… Plus qu'une chose nous interesse : le lit …
 
 
A noter :
  • Devant la lenteur du Wifi ici, il est possible que certains jours je ne mette que très peu de,photos en ligne…
  • Souvent, j'allège au maximum le poids des photos mises en ligne. Aussi, si vous en regardez en pleine page, ne soyez pas étonné de la qualité médiocre
 

VIENTIANE

 

Aujourd’hui, bien mieux que hier, bien que…. Petite tourista et nausées toute la journée /l’avantage c’est que manger du riz n’est pas un problème ici.

Bon à part ça, visite de la ville : je dirais « bof ». Vientiane n’a rien d’une jolie ville même plutôt moche.

Calme pour une capitale, l’on y trouve une grande quantité de temples, toujours multicolores et clinquant sous les dorures. Et bien sur des Buddha (petits, grands, assis, couchés, debout!..)

 

Temples des 10000 Buddha. (je ne les ai pas compté, mais je pense que le chiffe n’est pas exagéré .

Ici, la moitié d’un côté d’une cour carrée. Et il y en a tout autour.

 

 

 

 

 

 

 

 

Et chacunes des petites niches contient 2 ou 3 miniatures

 

 

 

Après le Orchid Tuk Tuk de Siem Reap, voici l’Orchid Moto de Ventiane …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il vous rappelle forcément quelque chose, vous l’avez sans doute croisé… : peut être dans une fumerie d’opium ? peut être dans un film ? à Shangai ? dans un casino secret de Macao ? au Vietnam ? dans un album de Tintin ?

Pour ma part, c’était simplement à une terrasse de café à Vientiane.

 

 

Je repars le 8, donc 4 jours ici Ça va faire long… J’en profiterai pour me reposer et me remettre sur pieds.

Peut être pas de nouvel article demain.