J4 – Volcan Uran

Nous laissons derrière nous notre magnifique emplacement de camping et repartons sous le soleil.
En route, une femme nous offre en signe de bienvenue, notre premier verre d. »airag »… Ouh, ouh, ouh, pour le moins curieux, bizarre, surprenant…. Difficile a avaler…. Il va falloir nous y faire, puisque ici, ce lait de jument fermenté est symbole d'accueil, d'hospitalité.
 
Petite mais jolie randonnée qui nous mène au sommet du volcan Uran.
En chemin, un champignon.
 
 
 
 
 
Arrivée au sommet, nous découvrons un minuscule petit lac blotti au fond du cratère.
 
 
Au loin, au fond d'une vallée, une « petite maison dans la prairie » a côté d'un refuge d'hiver.
 
Au pied du volcan un autre refuge d'hiver. :
Les peuples nomades déménagent environ 4 fois par an, démontant leur yourte, emportant tous leurs biens et surtout leurs troupeaux. Les distances entre chaque campement sont relativement courtes (maximum 15 km). Pour l'hiver, les emplacements choisis sont (un peu abrité) et des abris construits pour les animaux).
Ci dessus, au premier plan, une barre entre 2 poteaux qui permet d.attacher les chevaux. Au fond a doite les enclos pour chèvres et moutons. A gauche, cabane servant de réserve alimentaires. La plupart du temps, l'abri hivernal ne comporte que les « bergeries » les familles s'installént dans une grande yourte (environ 5metres de diamètre) une petite yourte adjacente servant de remise.
 
 
Relativement nouveau ici, les bikers des steppes…
Et oui la technologie arrive et pour beaucoup la moto remplace le cheval, même a travers steppe pour rabattre les troupeaux. La sécurité inconnue ici, la vodka aidant, des motos chinoises plus adaptées aux routes qu'au tout terrain, c'est par centaines que se comptent les morts accidentelles chaques années…
Petites villes croisées déci delà… Toutes semblables, quelques maisons aux toits de couleurs dans des enclos ou généralement une yourte est installée dans le « jardin » afin d'héberger d'autres membres de la famille. Tout cela enfermé dans de tristes palissades. Des conditions de vie pauvres et difficiles. Pour nous, cités sinistres et déprimantes.
 
Même si Jagaa connaît parfaitement son pays et les piste, il faut parfois confirmer l'itinéraire.
 
Une vallée, le long de la rivière Orkhon…. Pas mal pour passer la nuit, qu'en pensez vous ?
 

Écrivez moi, commentez, ça fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s