Kep – une journée qui décoiffe …

Départ ce matin, sous un ciel nuageux. Aie mon moto driver ayant prévu un peu de distance et des pistes et chemins, le voilà avec un moto plus grosse que d’habitude. En route… Ouïe, ça va vite (pas très habituée la cocotte) et en plus l’équipement n’est pas vraiment top. On croise les doigts, serre les fesses et l’on reste relax. Tout va bien…

Un premier arrêt dans une plantation de poivre : je sais tout, le noir, le blanc, le rouge.

Tiens jolie fleurVous connaissez ?

une noix de cajou ! J’ai même goûté le fruit rouge : la chaire apres dans la bouche, mais juteux et parfumé.

et ce truc qui ressemble à une pomme ? Un nom étrange. Hum, délicieux…

Allez on reprend la route, enfin, le chemin. Pour arriver à une association qui donne un peu de travail à la population : des bijoux en noix de coco, du tissage et aussi des paniers fabriqués à partir de sac plastiques recyclé (plutôt jolis d’ailleurs -pas les plastiques, mais les paniers ). Ici, des sacs recuperés, lavés et en train de sécher.

Bonne idée mais : il s’agit d’une association gouvernemental (une de plus). Les gens sont payés, pour les panier 2$ jour). Il faut environ 2 jours pour fabriquer un panier. Ces paniers sont alors venus aux touristes (plutôt dans les Resorts) au prix de 30 à 40$. Ou va la différence, personne ne le sais.

Nouvelle destination. Qu’est ce donc ? De la pluie!.. Odeur de la terre… plus que quelques kilomètres…

Nous voici arrivés, trempés, dans un site fort joli. Au pied d’une montagne un grotte.

Enfin, plutôt un réseau de galeries souterraines qui aboutissent à un puit de lumiere : une cavité creusée du sommet de la montagne jusqu’aux niveau des grottes.

Un petit lac souterrain.

Et dans les grottes, bien sur des bouddha et même le contraire de bouddha (Satan ?) – le bouddhisme cambodgien est très fantaisiste.

Nous attendons que la pluie s’arrete pour repartir

. Pistes, chemin, nous arrivons à une immense zone de marais salants.

Ici, pour ces gens qui travaillent sous le soleil torride, les pieds dans le sel, le salaire est de 3$ jour pour les hommes (2,5 pour les femmes)

Un peu plus loin un plage. Charmant endroit même si la plage est très sale. Un village de pêcheur, sous les cocotiers.

Mais c’est l’heure de goûter ! Installés entre le cocotiers, nous dégustons. Crabes, crevettes au poivre et mois de coco.

C’est pas tout, le ciel s’obscuurcit il faut rentrer.

Ce n’est plus une piste, mais un raccourci. Carrément un sentier dans lequel nous slalomons : trouille !

Un dernier petit arrêt avant d’arriver et avant l’orage.

Cette horrible maison, il y en a plusieurs dans la région, sert à nicher les hirondelles. Objectifs, elles s’y regroupe et font des nids. Ceci sont revendus fort cher aux chinois et malaysiens qui en sont très friands… Pauvres hirondelles.

Lorsque l’on se trouve près de cette usine à nids, le bruit des piaillements est assourdissant.

Retour à l’hôtel, couverte de poussière. l. Voilà une journée bien remplie qui se termine par un orage splendide et une pluie torrentielle.

Mais plus d’électricité. Donc éclairage à la lampe touche ou plutôt la frontale (merci les Bardot, mais la prochaine fois achetez un lampe étanche car c’est le noir total dans la salle de bain et sous la douche la frontale, pas pratique)

2 réflexions au sujet de « Kep – une journée qui décoiffe … »

Écrivez moi, commentez, ça fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s